Commentaire extrait de la princesse de clèves

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3024 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE DE TEXTE
La Princesse de Clèves, p.140- 141
« Peu de jours avant l’arrivée…le Roi lui ordonna de s’aller reposer »

Intro :
La princesse de Clèves fut publié anonymement par Mme de Lafayette en 1678. Dans la tradition de La Rochefoucauld, elle y condamne les passions et prône la maîtrise raisonnée propre à l’esthétique classique du 17e siècle. Le passage étudié se situe vers lemilieu du roman (dans cette édition découpé en 4 chapitres : ici 2e), lors de la préparation fastueuse du tournoi donné à l’occasion des noces princières entre le roi d’Espagne et Marguerite de France. Il annonce aussi l’épisode central de la lettre perdue dont il met en place l’intrigue.

Mvts :
- « peu de jours » à « travailler à la lice » : les intrigues amoureuse et le jeu/ divertissementrésument la vie de la cour : la passion codifiée
- « Après que l’on y eut été quelque temps » à « le fit chanceler » : l’épisode du cheval, prouesse et démonstration virile : la passion débridée
- « on courut à lui » à « le roi lui ordonna de s’aller reposer » : éclatement de l’émotion : le désordre du cœur et de la cour

PB : Comment Mme de Lafayette à travers une écriture euphémistiquesuggère-t-elle les passions qui grandissent et éclatent au sein d’une société policée ?

1.
L’extrait qui nous est proposé nous plonge lors d’une scène de cour : les grands sont rassemblés autour du roi pour célébrer la somptueuse fête qui doit célébrer l’union de la France et de l’Espagne et sceller une paix durable entre les deux pays. Le passage se présente comme un retour en arrière sur une scènemarquante « peu de jours avant l’arrivée du Duc d’Albe » : elle ancre la situation dans un repère temporel flottant et prend l’allure d’une anecdote. Le duc d’Albe ???
Les grands de la cour et protagonistes sont tous présents autour du « Roi » pour se divertir : c’est le roi qui mène les réjouissances « le Roi fit une partie de paume » sa position première rappelle l’ordre hiérarchique etmonarchique en place. Le verbe d’action « fit » consacre son pouvoir d’action, cependant s’il commande ce n’est pas dans le cadre de la guerre mais dans un jeu : c’est une société en paix qui nous est présentée ici, une société qui se complait dans le divertissement et l’amour : dans ce cadre codifiée se développent les passions, sous des formes transfigurées : en effet ce jeu instauré par le roi estl’occasion de la rencontre des hommes et des femmes. Les personnages masculins sont présentés en première position, du haut de leur statut d’homme et dans tout l’honneur de leur titre « Monsieur de Nemours » est présent, ainsi que le « chevalier de Guise » et « le Vidame de Chartres ». Cette partie de jeu de paume est comme un spectacle qui met en scène les gentilshommes les plus habiles après le roi :le sport, lié au corps est le lieu de la démonstration de la virilité. Les femmes suivent le mouvement, avec de manière identique « les reines » en tête de file : elles « les allèrent voir jouer » : dans la société décrite par Mme de Clèves les relations entre les hommes et les femmes très maîtrisées passent par le regard contenu dans le verbe « voir » : il y a une certaine curiosité des femmes,qui dans ce monde d’apparences observent : on regarde et on se donne à voir. Les reines sont « suivies de toutes les dames » ce qui montre que le jeu est un événement social auquel tout le monde doit participer, mais aussi l’engouement de toutes les participantes : « Mme de Clèves » est de celle là, elle est nommée en fin de phrase, ajoutée par la conjonction de coordination « et », ce qui l’isoleet la met en valeur dans un même temps. Le narrateur ajoute la précision « entre autres » comme un acte de bienséance, comme pour justifier sa présence alors qu’un des objets du regard se trouve être Monsieur de Nemours qu’elle cherche tant à éviter depuis l’épisode du portrait et sa résolution de ne jamais rien faire qui pu lui révéler ses sentiments : la princesse se met donc en danger...
tracking img