Commentaire "fable ou histoire" de victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Victor Hugo, poète, dramaturge, romancier du 19ième siècle et connu pour son engagement politique, fût le chef de file du romantisme. Dans son anthologie Les Châtiments publié en 1853 soit 2 ans après le coup d’état de Napoléon III figure le poème « Fable ou histoire » où le registre satirique domine puisqu’il y critique le pouvoir. Il a écrit ce recueil engagé ancré dans une réalité historiquelorsqu’il à été contraint d’être exilé sur Jersey et Guernesay. « Fable ou histoire » écrit en décembre 1852, est poème de forme régulière composé d’une seule strophe et d’alexandrins, qui met en scène un singe qui revête un habit de tigre et qui devient féroce. Comme le nom du poème l’indique, Hugo s’est servi d’une fable pour faire passer un message à l’image de La Fontaine dans ses « Fables » etutilise l’apologue puisqu’à travers cette histoire il critique l’Empereur, et en particulier l’usurpation qu’il met en œuvre. Ainsi nous allons nous demander quels sont quelles sont les différents objectifs du poème ? Pour cela nous verrons tout d’abord qu’Hugo à utiliser la fable puis que ce choix fût utilisé afin de dénoncer les atrocités de l’Empereur.

Nous verrons que l’utilisation de lafable par Hugo n’a pas été un hasard.

Victor Hugo s’est inspirée pour écrire, d’une fable de La Fontaine. En effet, « Fable ou histoire », reprend le même style au commencement que « L’âne vêtu de la peau du lion » : « De la peau du lion l'âne s'étant vêtu, // Était craint partout à la ronde, // Et bien qu'animal sans vertu, // Il faisait trembler tout le monde… » L’âne devient donc le singechez Hugo tout comme le lion devient le tigre. De plus, il s’agit bien d’une fable car la valeur intemporelle de « un jour » tout comme l’emploi de l’imparfait v.17 « admiraient » et du passé simple v.9 « égorgea » désignant un narrateur extérieur, montrent que ce texte peut se retrouver dans n'importe quel contexte historique. Cependant, dans le texte d’Hugo contrairement à celui de La Fontaine, lamorale ne se trouve pas en fin de récit, mais elle est à découvrir par le lecteur tout au long du poème, ce qui fait de ce texte un apologue à valeur didactique.

Victor Hugo met ici en scène des animaux précis avec chacun un caractère humain correspondant, comme le tigre et le singe. En choisissant le tigre, il montre ainsi le symbole d’un pouvoir inférieur par rapport au lion de La Fontaine,mais qui est susceptible cependant de nuire ou de terroriser. En réalité, le tigre est naturellement « méchant », c’est le singe qui volontairement veut le devenir et qui est donc qualifié d’ « atroce » au vers 3. Ainsi, le « royal appétit » du début se transforme en véritable cruauté, v.8 « meurtres », v.9 « égorgea », v.11 « carnage », v.14 « ossements », ces termes faisant référence au début durègne de l'empereur. Mais le singe se place également en avant puisqu’au vers 5 le contre-rejet met en valeur « je suis », désignant quelqu’un de vaniteux. Cette vantardise se retrouve au vers 16 avec « admirez-moi ».

Après avoir vu que Victor Hugo s’est servi de la fable tout comme La Fontaine nous verrons dans cette deuxième partie qu’il l’a écrit dans le but de dévoiler l'histoire réelle etla vérité.

En connaissant la relation entre Hugo et l’empereur, on peut déduire que Napoléon III est représenté par le singe, tandis que Napoléon Bonaparte, son oncle et prédécesseur, est symbolisé ici par une peau de tigre. En effet quelques vers font références au coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte comme le v.7 « il s’embusqua, brigand des bois, dans les épines », au v.6 où ils’autoproclame « roi » ainsi que ses conséquences au v.9 « égorgea les passants ». De plus, le singe devenu tigre, essaie d’imiter le cri du tigre au v.13 « Il s’écriait, poussant d’affreux rugissements » mais n’y parvient pas comme l’indique l’adjectif qualificatif employé. Le « découpage » des vers, avec des termes péjoratifs comme au vers 8 « il entassa l’horreur, le meurtre, les rapines » ainsi que...
tracking img