Commentaire hume

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1426 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 février 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Hume, Traité de la nature humaine, I, IV, 6
Commentaire de l’extrait
Le premier paragraphe de notre extrait est une attaque contre la thèse
cartésienne de l’identité personnelle établie par l’activité de la pensée (ou ce que
nous pourrions appeler, en termes anachroniques, la conscience réflexive). On en
trouve la démonstration dans la Seconde Méditation, « De la nature de l’esprit
humain ;et qu’il est plus aisé à connaître que le corps ». Ce que Hume a lu dans
cette Méditation et qui a retenu son attention, c’est d’abord l’immédiateté et
l’évidence avec laquelle Descartes rend compte du « Ergo sum, ergo existo ». Ce qui
n’est pas immédiatement remis en question par Hume, c’est l’existence du sujet et
le fait que celui-ci aie la pensée pour attribut ; comme lorsque Descartesécrit « je
trouve ici que la pensée est un attribut qui m’appartient » (p.77). Je suis bien en
train de penser quand je met en oeuvre le doute radical, et ce je c’est bien moi. Ce
que Hume se refuse à admettre ici, c’est que l’âme soit le principe d’individuation
de l’homme. Il se refuse à admettre que la conscience soit si limpidement réflexive :
Hume ne croit pas que nous soyons à nous-mêmesimmédiatement transparents.
Ce qui sera nommé plus tard dans la tradition philosophique l’activité réflexive de
la conscience, pour Descartes elle est immédiate. Mais surtout elle est continue,
c’est-à-dire que la conscience se révèle comme phénomène homogène et quasi
persistant dans le temps (au sens scientifique du terme) : « Je suis, j’existe : cela est
certain ; mais combien de temps ? Asavoir autant de temps que je pense » (p.77).
Cette notion de persistance dans le temps se rapporte à ce que l’on appelle le critère
de continuité spatio-temporelle, c’est-à-dire un des critères classiques de l’identité
(l’identité comme notion existentielle est mise en évidence par Aristote dans la
Métaphysique). La conscience ainsi conçue ne peut en effet qu’être le siège du moi,
c’est àdire le principe déterminant de l’identité : ce que l’on appelle proprement un
principe d’individuation. Même la réfutation s’appuyant sur les passions comme
force de dispersion du moi se heurte à la conception cartésienne des passions :
celles-ci ne seraient, selon Descartes, qu’une preuve de plus de mon identité, de par
le fait qu’elles sont l’union vécue de l’âme et du corps (Les Passions dela l’âme,
articles 27, 28 et 29). C’est cette conception du moi que Hume s’applique à réfuter
dans la suite du texte.
Mentionnons la présence d’une seconde critique, sous-jacente à la réfutation
conceptuelle : une critique de la méthode par laquelle Descartes établit les concepts.
Pour Hume, Descartes présente les points fondamentaux de sa réflexion comme
des évidences (la rhétoriquecartésienne, dans la Seconde Méditation, est parsemée des
termes « évidence », « immédiateté », « sans difficulté », « je suis certain au moins de
cela ») ; c’est aux yeux de Hume un aveu de non philosophie, une stratégie de
contournement. Tandis que lui-même cherche à tout fonder, tout inférer par la
preuve pour valider quelque assertion que ce soit (Enquête sur l’entendement humain,
IV « Doutessceptiques », deuxième partie). La longue phrase qui clôture le premier
paragraphe de notre extrait est caractéristique du style de Hume : mettre en avant
par une sorte d’humour caustique, une ironie par l’absurde, les insuffisances dans le
cheminement de pensée du camp adverse. Il est important de cerner cet aspect
militant du texte, car toute une partie de la stylistique du Hume y est dédiée,comme lorsqu’il « écarte certains métaphysiciens de ce genre » ; le déictique
péjoratif étant un des outils polémiques récurrents sous sa plume.
Le second paragraphe énonce la théorie des idées de Hume, à savoir que
toutes les perceptions se ramènent à deux genres distincts : les impressions et les
idées. C’est en leur degré de vivacité, leur force sensible, que réside leur différence.
Les...
tracking img