Commentaire ile des esclaves

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (466 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
I - Une tirade polyphonique

- mélange du discours et du récit.
Cléanthis reprend les paroles d'Euphrosine au style direct, au présent de l'indicatif et à la première p. du sing. L124."Cependant"(L125-131) marque l'intervention de Cléanthis.
Les passages narratifs, dans lesquels Cléanthis résume les principales circonstances, sont brefs. Elle utilise le pronom indéfini "on" pour présenterEuphrosine.
On peut supposer que, d'après l'intonation de Cléanthis, elle caricature sa maîtresse (L126-127).
Donc : regard dévalorisant, mépris
Distance entre elle et la maîtresse.
- imitationd'un dialogue mondain (L135 à 137)

II - Le théâtre dans le théâtre.

Cléanthis est sur le devant de la scène, elle renforce le théâtre dans le théâtre. De plus, elle souligne le caractère théâtralpar le thème du paraître.
Cet aspect convient à la petite comédie.
Cléanthis fait revivre la vie mondaine d'un salon parisien du XVIII° s.
Vocabulaire de la coquetterie- formule de politesse.Tonalité comique : beaucoup de fantaisie, elle crée des personnages de façon ironique et des situations pleines de petites anecdotes.
Le rire va naître de l'exagération des angoisses de la maîtresse (L135: hyperboles) : énoncé de plus en plus bref.
L'absence de didascalies : on imagine les gestes et les attitudes de Cléanthis par la variété de son intonation.
Rapidité avec laquelle elle mène lerécit : vivacité renforcée par la parataxe (L136-137) ou style coupé.
Double destination du théâtre : l'acteur s'adresse non seulement aux personnages sur la scène, mais aussi aux spectateurs.
On a doncune vrai mise en abyme : miroir de la pièce à l'intérieur d'un passage précis.

III - Fonction satirique du passage.

Tirade a une portée morale. Cléanthis se désigne comme celle qui est témoinde ce qui se passe.
Satire de la beauté artificielle, coquetterie : poses affectées, préciosité. Euphrosine est montrée comme une prisonnière, une obsédée de la coquetterie.
Critique de la société...
tracking img