Commentaire jean gerson

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1158 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire du texte : Le roi à la tête de la société publique

Depuis le XIIème siècle l’institution royale ne cesse de s’affirmer, on cherche à détruire les autonomies seigneuriales pour construire un Etat sur lequel les mêmes règles s’exercent partout. Peu à peu les légistes établissent un droit royal ayant un intérêt public pour tout le peuple. On passe d’une monarchie féodale à unemonarchie investie de la mission de gouverner un Etat.
Jean Gerson (1363-1429), son nom lui vient de son lieu de naissance, est docteur en théologie, cet ecclésiastique français fut chancelier de l’université de Paris, c’est un homme de grande autorité morale, il s’éleva notamment contre le duc de Bourgogne qui a assassiné le duc d’Orléans, cet événement à l’époque divisa le pays.
Le document étudiéest un sermon prononcé par ce dernier devant Charles VI qui fut roi de France de 1380 à 1422. Ce discours chrétien qui se prononce en chaire pour expliquer la parole de Dieu traite ici des vertus royales, c'est-à-dire la capacité du roi à faire le bien, et consacre ce dernier comme représentant de la fonction royale, il a donc des devoirs quand à cette dernière, le roi doit désormais adopter uncomportement nouveau que l’auteur cherche à justifier.
Pourquoi dissocier la personne du roi et la fonction royale et quelles sont ces attributions ?
L’auteur en expliquant dans ce sermon le statut de la fonction royale (I) puis en éclairant ces relations avec le peuple (II) consacre la nécessité d’une telle fonction.

I- Le statut de la fonction royale

Jean Gerson s’emploie à affirmer lanécessité d’une fonction royale (A) puis de préciser le rôle du roi vis-à-vis de cette fonction (B).

A- La nécessité d’une fonction royale

L’auteur dans ce sermon cherche à légitimer une fonction royale à la tête de la France, en lui reconnaissant une nécessité et une supériorité. C’est ainsi qu’il parle d’une « puissance publique » qui doit être à la tête de la société.
Cette fonctionroyale puisant à cette époque sa source dans le droit divin, à une autorité supérieure qui s’avère être pour le bien de tous. Etant soumis aux lois fondamentales de droit divin, cette fonction royale est garante de son peuple et doit rendre des comptes à Dieu, une telle fonction ne peut alors être qu’indispensable. C’est pourquoi l’auteur précise qui si les prérogatives accordées à une telle fonctionne sont pas respectées cela irait « contre le droit divin ».
C’est afin d’éviter de revivre les divisions qu’a déjà connu le royaume de France, ou des rois ont agit, qu’en leur propre intérêt, en méprisant le peuple, que l’auteur exprime la nécessité d’une fonction royale «  ordonnée pour le salut de tout le peuple ». Cette fonction obligeant ainsi le détenteur à répondre à des prérogativesenvers le peuple, qui l’empêcheront de compromettre ce dernier.

B- Le roi titulaire de la fonction royale

A cette époque, la monarchie semble être la seule forme de gouvernement qui puisse fonctionner, ainsi il faut une personne à la tête de la société. Le roi étant à la tête de la pyramide institutionnelle, est le détenteur de cette fonction royale et ainsi incarne l’Etat. Cependant,l’auteur exprime bien le fait que cette fonction royale doit être protégée indépendamment de la personne du roi, ainsi le roi ne peut plus confondre sa personne et sa fonction en agissant comme bon lui semble.
Jean Gerson, en comparant l’Etat à un corps, justifie cette nécessité d’une personne à la tête de l’institution royale. Tout comme le corps ne peut avoir qu’une tête qui le régi, l’Etat ne peutavoir qu’une tête lui aussi et cette dernière se caractérise par la personne du roi, il est l’autorité unique. Cette théorie est à l’époque acceptée par tous car la monarchie parait être la seule forme de gouvernement qui puisse fonctionner. Ainsi le roi est le titulaire légitime de cette fonction par ses vertus royales.

II- Les relations entre le roi et le peuple

Le roi, étant...
tracking img