Commentaire jean giono

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (953 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire Composé:

Le passage étudié est tiré de Colline, rédigé par Jean Giono en 1928. Cet extrait est une description qui narre le parcours d’un incendie, ravageant tout sur son passage.Pourquoi l’auteur a-t-il décidé de décrire cet embrasement de manière métaphorique ? Les aspects étudiés dans ce texte seront la métaphore filée de l’incendie, ainsi que la passivité de l’Homme et del’environnement.

La métaphore filée de l’incendie est prédominante dans cet extrait. Néanmoins, le point de vue du narrateur sur ce feu va changer le long de ce passage.

Jean Gionoévoque l’incendie d’une manière particulière. En effet, il utilise une métaphore filée pour le décrire. Il s’apparente à une chimère qui possède des caractéristiques provenant de divers animaux, avec lechamp lexical de l’organisme, tels les insectes (« dard » l.16), les mammifères (« gueule »l.15, « langue »l.16, « tête » l.11). Ce brasier se déplace également comme un animal, tantôt de manière furtive(« a bondi »l.3 « saute »l.13), tantôt de manière plus lente (« rampe ; avance » l.13). L’auteur montre ainsi le caractère changeant et farouche de cette « bête ».
Les éléments sont fréquemmentmentionnés dans cette description. Le feu, élément principal, est logiquement utilisé pour le brasier. Un abondant champ lexical de la chaleur et de la couleur rouge est employé comme « les braises »(l.12), « les cendres » (l.13) ou bien encore le « sang » (l.17). L’élément aquatique est également usé pour montrer l’immensité du feu, possédant un « corps pareil à un torrent » (l.9-10). L’air estpersonnifié, à travers « le vent » (l.16), qui sert à guider et à maîtriser la fougue du feu « pour prendre la direction » (l.16). C’est cette combinaison des éléments qui caractérise la puissancedémesurée de l’embrasement.
L’intensité et l’ampleur de l’incendie se modifient au cours de l’extrait, entre « trois heures du matin » (l.4) jusqu’au lendemain à « l’aube » (l.8). Dépeint de...
tracking img