Commentaire la laitière et le ot au lait

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1572 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
En tête du second recueil des fables de 1678, La Fontaine fait figure l'avertissement suivant : "Voici un second recueil de fables que je présente au public. J'ai jugé à propos de donner à la plupart de celles-ci un air et un tour un peu différent de celui que j'ai donné au premières tant à la différence des sujets, que pour remplir de plus de variété mon ouvrage". A bien des égards, le secondrecueil des Fables de Lafontaine, est en effet différend du premier le monde des hommes est plus souvent dépeint et les registres plus variés. C'est d'ailleurs ce qui apparaît dans cette 10ème fable du livre VII : "la laitière et le pot au lait". Le thème n'est plus emprunté à Ésope mais à Des Périers conteur français du 15ème siècle. Mais les emprunts de La Fontaine "ne sont point un esclavage" etl'on retrouve dans cette fable tout ce qui caractérise l'art de La Fontaine "plaire "pour toujours mieux instruire. Nous verrons en effet que la célébrité de cette fable tient à l'allégresse et la vivacité du récit mais aussi à une réflexion pour un thème privilégié des moralistes : l'imagination/

La fontaine fait ici preuve d'un véritable art du récit.

I- L'art du récit :

1)Un récit vivant
Art que nous pouvons apprécier déjà dans la composition de la fable : 43 vers divisé en 2 parties le corps de la fable qui est le récit des vicissitudes de Perette et l'âme, la moralité ici exceptionnellement longue 14 vers. Le récit utilise bien évidemment les temps traditionnel du récit "elle allait" V4, "achetait" v 10 mais un imparfait auquel se mêle un présent de narration"saute" "tombe". Le récit est allègre les étapes s'enchaînent rapidement avec cette sorte de zoom sur Perette. Au premier vers le conteur croque une silhouette court vêtu puis on a une sorte de rapprochement d'abord physique puis on entre dans sa tête et on découvre ce à quoi elle pense grâce à une alternance de discours narrativisé v 8 "notre laitière ainsi troussée comptait déjà dans sa pensée…"et du discours direct traduit grâce au verbe en incise" disait-elle". On notera ici comment l'enchainement de ces rêves liés au thème de l'argent mime l'emballement e l'imagination. Le passage est d'ailleurs assez étourdissant avec cette inflation du moins cher au plus cher du moins couteux au plus couteux. V24 on retrouve la chute du texte, une chute ans tous les sens du terme d'ailleurs puis unprolongement des deux dernier vers qui serait un commentaire malicieux du fabuliste. Il est aussi judicieux de noté comment La Fontaine utilise différends moyens prosodiques pour rendre cette fable aussi plus alerte plus vivante avec notamment l'utilisation ici de vers hétérométriques qui permet ici e souligner les effets de pointes, les rimes son variés on à la fois des rimes plates mais aussides rimes croisée systématiquement utilisées d'ailleurs dans l'emballent de l'imagination contribuant ici à la fluidité du texte. Le rythme est par ailleurs soutenu par un vocabulaire de la vitesse grand pas agile, diligent.

2) Un Personnage familier et sympathique :
Le personnage de la laitière mis en valeur déjà par le titre nous est finalement familier et sympathique. Elle estappelée par son prénom, donc classe sociale basse. Avec la description de ses vêtement "cotillon simple "et "soulier plat" jusqu'au "coussinet "qu'elle pose sur sa tête nous est donné l'image de son univers est finalement assez pittoresque. Description faite par ailleurs par un homme sui connaît la campagne pour y avoir grandi. . Rendu proche grâce également à la forme hypocoristique "notre laitière" auv 7. On pénètre comme on l'a vu dans ses pensées grâce aux différentes formes de discours, ses projets. Le personnage nous est rendu proche grâce encore une fois à des subtilités de style au début l'assonance de voyelles claire "Perette sur sa tête ayant un pot au lait bien posé sur un coussinet" en é qui est ici à la rime. L'allitération en p et en t qui contribue à l'harmonie imitative on...