Commentaire la machine infernale de cocteau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1165 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Machine Infernale, Cocteau

La piËce La Machine Infernale, de Cocteau, est-elle plutÙt tragique ou plutÙt comique†?

La piËce La Machine Infernale, Ècrite en 1932 par Jean Cocteau, cÈlËbre Ècrivain du 20Ëme siËcle, raconte comment, ‡ cause de la manipulation des Dieux, Œdipe, le fils du roi LaÔus et de la reine Jocaste, a ÈtÈ abandonnÈ par ses parents puis recueilli et ÈlevÈ par d’autres,et ensuite, comment il a tuÈ son pËre LaÔus, sans pour autant connaÓtre sa vÈritable identitÈ, vaincu le redoutable Sphinx, et ÈpousÈ Jocaste, sans savoir non plus qui elle est rÈellement. La suite et fin de la piËce nous montre comment Jocaste se suicide et Œdipe se crËve les yeux lorsqu’ils apprennent le parricide et l’inceste. Cette piËce est prÈsentÈe comme ´†une piËce en quatre actes†ª parson auteur†; de toute Èvidence, le thËme est tragique, car nous connaissons tous le mythe d’Oedipe dÈj‡ Ècrit par Sophocle au 5Ëme siËcle avant JÈsus-Christ, et donc repris ici par Cocteau, mais le texte est aussi parsemÈ d’ÈlÈments comiques qui ponctuent la tragÈdie. S’agit-il donc d’une comÈdie ou d’une tragÈdie†?

Dans ce texte, les ÈlÈments comiques sont trËs nombreux, mais ils peuvent ÍtreregroupÈs par catÈgories.
Il y a ainsi le comique des personnages†: dans l’acte 1, le fantÙme de LaÔus n’arrive pas ‡ apparaÓtre, il bÈgaie et ne fait pas peur, il est mÍme perÁu comme une distraction par les deux soldats. La reine Jocaste n’a pas du tout la tenue qu’une reine d’‚ge m°r devrait avoir, car elle veut aller dans les quartiers populaires pour s†‘amuser, comme le peuple. Elle appelleTirÈsias, son devin, ´†Zizi†ª, surnom qui a pour effet de ridiculiser le vieil homme.
Les lieux participent Ègalement ‡ l’effet comique, comme par exemple, la boÓte de nuit, qui est un anachronisme plutÙt inattendu dans une tragÈdie.
Il y a aussi des situations particuliËrement cocasses, comme la rencontre d’Œdipe et de la jeune fille (qui se trouve Ítre la Sphinx)†: leurs rÈpliques sont pleinesde sous-entendus et on a l’impression que les deux personnages savent beaucoup plus de choses qu’il n’en disent. Dans l’acte 1, lorsque TirÈsias et Jocaste veulent aller voir les gardes, il y a un quiproquo qu’on pourrait voir dans le thÈ‚tre populaire†: TirÈsias parle de piËces d’or ‡ l’effigie de la reine, mais le soldat croit qu’on veut l’acheter et traite la reine de ´†matrone†ª. TirÈsias nepeut alors rapporter ses paroles ‡ la reine sans les modifier pour ne pas la vexer†: autant de situations qui argumentent en faveur du ÙtÈ comique de la piËce.

Mais dans ce texte, les ÈlÈments tragiques sont, eux aussi, trËs nombreux.
Tout d’abord, l’atmosphËre†: l’acte 2 se situe dans les vestiges d’un temple, ce qui amËne une atmosphËre tendue, car c’est un lieu en ruines, dÈtruit†; l’acte3 se passe au palais, le lieu tragique par excellence, et plus particuliËrement dans la chambre de Jocaste ´†rouge comme une petite boucherie†ª, les thermes utilisÈs pour dÈcrire la piËce Èvoquent le sang et la mort†; et enfin, l’acte 4, qui se situe dans une petite cour du palais, donc toujours dans ce dÈcor traditionnellement tragique dans le thÈ‚tre antique.
Le temps a Ègalement un effettragique†: la nuit d’orage de l’acte 1, le clair de lune de l’acte 2, le tonnerre de l’acte 3, mais encore la ´†lumiËre de peste†ª de l’acte 4. On a l’impression que mÍme le temps est trËs significatif des ÈlÈments qui vont se produire.
Les personnages tels qu’ Oedipe, le roi LaÔus, la reine Jocaste, le devin TirÈsias sont des personnages tragiques du thÈ‚tre classique. Tout le monde connaÓt leurhistoire qui fait partie des grands mythes. La mort est trËs prÈsente dans chacun de ces destins†: Jocaste a tentÈ de tuer son bÈbÈ, le roi LaÔus, un fantÙme, n’a pas pu prÈvenir sa femme du danger qui allait arriver†; et le Sphinx a tuÈ bon nombre de jeunes hommes. Quant ‡ Œdipe, il est ‡ la fois coupable de deux des crimes les plus horribles qui soient†: le parricide et l’inceste.
Mais il est,...
tracking img