Commentaire "la peau de chagrin" balzac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (606 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
La Peau de chagrin est une œuvre de Balzac écrite en 1831, se roman original nous fait vivre l’histoire d’un jeune écrivain dans ses début du nom de Raphaël de Valentin vivant à Paris ne parvenantpas à obtenir succès avec son ouvrage. Alors que ce jeune homme était au bord du gouffre, il fit la découverte d’un homme qui lui proposa une peau capable de réaliser ces souhaits. Plus il faisait devœux, plus la peau diminuait. Au fur et à mesure de ses désir il monta les échelons et fini par se retrouver dans le salon de la comtesse Foerdora, dans lequel il tomba éperdument amoureux de cettedernière. Le passage que nous allons étudier ce déroule au moment ou Raphaël décide de dissimuler dans la chambre de la comtesse affin de l’observer. A travers ce commentaire, nous essayerons d’un premiertemps de développer le « contexte particulier » puis nous analyserons le portait de Foerdora en essayant de montrer les effets produit sur le narrateur.

Tout au long de cet extrait, la syntaxejoue un rôle très important : En effet, nous remarquons que les phrases sont courtes et nous pouvons imaginer que la cadence de lecture est plutôt rapide. Ce qui nous fait directement rentrer dans leroman, et cela car nous avons nous même peur de nous faire surprendre. Nous avons en nous une poussé d’adrénaline, nous nous mettons directement à la place de Raphaël. De plus nous arrivons à un momentd’intimité, nous sommes donc encore plus en alertes.
Nous pouvons également remarquer que toutes les ambiances sont décrites comme par exemple « la lueur des bougies » (ligne 2), ce qui renforce lapartie imagination, nous arrivons à vivre le passage en nuançant nos sentiments.
Le passage ne contenant que très peu de dialogue, un seul pour être précis, l’auteur joue donc beaucoup sur la partie duressenti. On nous dévoile en effet tout les sentiments du personnage « me brisa le cœur » (ligne 15), « J’eus peur » (ligne 16), « Je fus obligé de subir toutes les tortures » (ligne 22).
De...