Commentaire "le bourreau m'accompagne" - extrait des bonnes de genet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (913 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique de « Le bourreau m’accompagne »
Introduction
Jean Genet, écrivain, poète et auteur dramatique français est connu pour ses personnages complexes, au prise avec laperversion, le mal et l’érotisme.
Dans « Les bonnes », tragédie moderne et violente de 1947 (probablement inspirée de l’affaire des sœurs Papin), il raconte comment deux femmes, atteintes d’une mêmefolie, en viennent à mettre en scène et préparer l’assassinat de leur patronnes.
Dans l’extrait que nous allons étudier, les bonnes ont échoué dans leur assassinat de Madame, et se retrouventseules face à leur démence.
Nous nous demanderons comment le paroxysme de la folie des bonnes mènera à la mort de l’une d’entre elles.
(annonce du plan)
1.1 Une mise en scènefantasmée de la mort
La quasi totalité du texte est constituée d’une tirade de Solange (l.1 à 28) qui imagine une cérémonie d’exécution pour le meurtre de Madame.
Solange est elle-même aucentre de la cérémonie, et tout le cortège l’accompagne vers une mort inévitable. : « Je vais mourir » (futur immédiat, l.18).
L’idée de succession est renforcée par l’anaphore de « viennent »(l.12, 14, 15, 16 et 17).
Chacun de ses métiers est tenu ici par des anonymes, mais reconnaissables (y compris entre eux) par leur tenue : « frac sans revers de soie » (l.13), « culottes courteset bas blancs » (l.14-15), « nos couleurs » (l.16) enfin pour les autres bonnes. Rappel : dans cette pièce, l’habit est le premier indicateur du statut.
1.2 Une exécution d’amour
Solangeva donc être exécutée, comme en témoigne la présence d’un « bourreau » (avec répétition et modalité exclamative, l.7-8), « des pénitents noirs » (l.5) et de « la torche de neuf livres » (l.6) qu’elledoit porter. Codes liées à la mort.
Solange est passive dans cette mise en scène et suit sans révolte ceux qui la dirigent : « Le bourreau m’accompagne » (l.8) et « J’obéis à la police » (l....
tracking img