Commentaire le clezio ville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1584 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le thème de la ville est surtout apparu dans la littérature au XIX eme siècle au moment de la révolution industrielle, alors que les villes prenaient leur essor. Elles sont généralement décrites comme des lieux où l’homme perd son identité. J M G Le Clézio dans son uvre La ronde et autres faits divers d’où est tiré l’extrait qui nous est présenté, ne fait pas exception à la règle et nousprésente une ville, certes moderne puisqu’il s’agit d’une HLM, mais qui va elle aussi détruire l’homme, puisqu’il s’agit d’un milieu où la vie est quasiment impossible. Toutefois on peut s’interroger sur la réalité d’une telle ville qui apparaît fantastique par de nombreux aspects.

La ville qui nous est présentée dans ce texte est remarquable en effet par son caractère inhumain lié à sa taille et àson aspect carcéral.
L ‘homme semble disparaître au profit du bâtiment dont le champ lexical est omniprésent : “ cité ”, “ immeubles ”, “ béton ”, “ goudron ”, “ routes ”, “ pont ”, “ fenêtres ”, “ cages d’escalier ”, “ parking ”…L’auteur insiste sur la grandeur avec l’adjectif “ grand ” aux lignes 2 et 9, l’immensité avec la métaphore “ falaises de béton gris ” et le nombre avec “ desdizaines d’immeubles ”. L’individu ne peut que se sentir perdu, dépassé dans un tel espace.
De plus la ville peut être assimilée à une prison. On retrouve des termes qui évoquent un espace fermé “ cages d’escalier ” “ ascenseur ”, “ appartements ”, “ caves ”. Les “ falaises de béton ”, “ les murailles grises”, “ les fenêtres et les portes […] murées ” semblent enfermer l’espace, un espace dontfinalement “ plus personne ne peut sortir ”. La présence du ciel et des “ avions ” ligne 21 connote certes la liberté mais cette liberté est inaccessible, elle réside hors de la ville , à l’extérieur et renforce donc l ‘impression d’enfermement.

Cette conception de la ville n’est pas sans conséquences sur l’être humain qui semble perdre toute individualité.

En effet l’auteur insiste dans unpremier temps sur l’image paradoxale d’une ville à la fois déserte et peuplée de “ non personnes ” incapables de vivre et de communiquer.
Les termes de “ ville désertée ” sont présents à la ligne 8. La répétition du pronom “ personne ”aux lignes 9,10,11, les pronoms “ on ” aux lignes 6, les tournures impersonnelles “ il y a ” lignes 1, 9, montrent que l’individu disparaît au mieux au profit d’ungroupe non différencié comme en témoignent les termes génériques dans l’énumération “ hommes, femmes, enfants, chiens ” ligne 15. La négation est extrêmement présente dans le texte sous différentes formes, préfixe privatif comme dans “ insaisissable ” ou “ introuvable ” ,adverbe “ ne pas ” aux lignes 9 , 13, 15, 24 “ jamais ” ligne 17, “ ne plus ”, pronom “ personne ”…
Si on ne peut parler deville réellement désertée, ceux qui l ‘habitent ne peuvent être véritablement considérés comme des individus à part entière. Les habitants sont d’abord désignés par le pronom démonstratif “ ceux ” puis par la troisième personne “ ils ”. Ils sont vivants puisqu’ils sont doués de mouvement et “ vont et viennent ” mais ils ne semblent ne faire que passer sans qu’il y ait le moindre échange entre eux; ils ne communiquent pas comme le prouve l’affirmation “ Ils ne peuvent jamais se rencontrer, jamais se trouver ” lignes 17/18 Enfin à travers la comparaison “ comme des fantômes sans ombre ” , l’auteur nous montre que les habitants ont perdu tout semblant de vie , ils ne font plus qu’errer à travers la ville tels des morts vivants . Ils ont même perdu ce qui symbolise l’identité : le nom “comme s’ils n’avaient pas de vrai nom ”..

Cette dernière comparaison nous incite à voir dans le texte une certaine tonalité fantastique.

On peut finalement se demander si la ville qui nous est décrite est une ville bien réelle ou s’il s’agit d’une ville utopique.
Il est vrai que cette ville correspond étymologiquement au terme d’utopie dans la mesure où elle ne se situe nulle part....
tracking img