Commentaire : le grand combat de michaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (626 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Henri Michaux est un poète, écrivain et peintre du 20ème siècle. Les poètes de cette période utilisent l’art comme un instrument de libération et de révolution au niveau politique et sont contre lenationalisme. D’origine belge, Henri Michaux se sert du langage comme un moyen pour se défendre contre la société. Il crée des mots imaginaire et il ne respecte aucunes règles de la versificationclassique : pas de rimes, ni de mètre de vers et de strophe, comme on peut le voir dans ce poème. C’est aux lecteurs d’interpréter ce langage et de donner des hypothèses à propos du sens de ce poème. Nousallons tout d’abord analyser le langage utilisé par Henri Michaux puis étudier le sens que peut avoir ce poème.

Même avant d’avoir lu le poème, le lecteur a déjà un aperçu de la situation initialgrâce au titre de ce poème « le grand combat ». Michaux utilise essentiellement deux procédés pour parler français sans mots français : bien que ne figurant pas au dictionnaire, les mots utilisés ontun "air" français. Le lecteur peut les rapprocher inconsciemment de mots qu’il connait. Par exemple, "emparouille" peut rappeler "s'emparer". La phrase "Il le rague et le roupète jusqu'à son drâle"pourrait être remplacée par "Il le touche et le transperce jusqu'à son cœur". Tout ceci montre qu'une langue est un système extrêmement complexe de signes conventionnels qui correspondent entre eux.Dans ce système, l'ordre des mots dans la phrase est peut être plus important que le vocabulaire. On remarque aussi que tous les mots compréhensibles appartiennent tous au lexique de la chute ou de ladouleur : « se ruine, bientôt fini, cassé… ». Le poète peut comparer ce langage avec le monde : il tombe en ruine comme les mots utilisés par Minichaux. La structure du poème est conservé (la syntaxe),cette syntaxe représente peut-être la structure d’une société qui est en danger à cause de la sauvagerie du langage. Dans ce poème, Michaux multiplie les verbes dont la sonorité est synonyme...
tracking img