Commentaire le mariage de figaro acte v, scène 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1101 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire V,3 Le Mariage de Figaro Intro : Développement : I- Figaro, un personnage en apparence voué à l’échec 1- Les métiers de Figaro Après une évocation de sa naissance, qui tient lieu d’introduction « Est-il rien de plus bizarre que ma destinée? Fils de je ne sais qui (…) mœurs » , Figaro évoque successivement ses études « J’apprends la chimie, la pharmacien la chirurgie » et son premiermétier de vétérinaire, puis son expérience d’auteur dramatique « je me lance à corps perdu dans le théâtre » ; son entrée dans la politique à travers la rédaction d’un essai d’économie « j‘écris sur la valeur de l‘argent et sur son produit net » , enfin, sa tentative de créer un journal « j‘annonce un écrit périodique » . Chacune de ses étapes de sa vie s’achève sur un échec : un métier dévalué «las d‘attrister les bêtes malades » , une pièce interdite « me fussé-je mis une pierre au cou ! (…) et voilà ma comédie flambée » , un séjour en prison « Mes joues creusaient » , « sitôt je vois du fond d’un fiacre baisser pour moi le pont d’un château fort », un journal censuré « je vois s‘élever contre moi mille pauvre diable à la feuille, on me supprime » . Toutes ces étapes énuméréessembleraient à première lecture nous laisser penser que Figaro est le personnage même de l’échec. Cependant c’est peut-être à travers tous ces échecs qu’il trouve finalement un sens à sa vie. 2- Le sens donné à sa vie Ce sens est exprimé dès l’introduction « Et partout je suis repoussé ». Sa vie, pense Figaro, est l’histoire d’un échec sans cesse renouvelé dû aux obstacles que la société oppose aux personnesde modeste naissance, quels que soient leurs mérites. Ceci se remarque à travers la récurrence de la syntaxe énumérative : à quatre reprises, cette fatalité de l’échec est exprimée par le retour de longues énumérations décrivant les efforts de Figaro ou les obstacles auxquels il s’est heurté : « j‘apprends (…) la chirurgie », « se plaint que j’offense dans les vers la Sublime Porte (…)de Maroc »,« pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l’autorité (…) je puis tout imprimer librement » . Ces énumérations, de plus en plus développées, hyperboliques, invraisemblables créent un effet comique. De plus, la récurrence de procédés d’opposition ou de conséquence destinés à créer des effets de chute vient insister sur la fatalité : les trois premiers passages énumératifs se concluent par un «et » avec le sens de « et pourtant » ou de « et ainsi », suivi d’un court membre de phrase résumant l’échec. Dans le quatrième, c’est l’interjection « Po-ou ! » qui joue le même rôle. De ce fait Figaro, dans ce passage qui résume sa vie, et par extension, celle de Beaumarchais lui-même, à travers l’énumération des échecs qu’il a subit, fait comme nous allons le voir une critique implicite de lasociété de son siècle. II- La critique de la société 1- Les cibles de la critique La première cible est les privilèges; en effet, l’accès aux places importantes ne peut s’obtenir que si l’on est noble, ou riche. C’estce qui ressort notamment du début du texte « Fils de je ne sais pas qui (..) et partout je suis repoussé ». Suit une critique sur le poids de l’église. L’expérience théâtrale de Figaronous rappelle ce qui se passait fréquemment au XVIIIème siècle : les écrivains déguisaient leur discours en empruntant notamment le masque de sujets orientaux « dans les mœurs du sérail » (Cf le Mahomet de Voltaire) ou espagnol. Mais des cabales (représentées ici par la pression des gouvernements étrangers) « à l’instant, un envoyé de je sais où se plaint que j’offense dans les vers … », « dont pasun (…) chiens de chrétiens » obtenaient fréquemment du roi qu’il fasse interdire les œuvres jugées dangereuses pour la religion. En outre, l’embastillage des opposants est lui aussi critiqué. Sur simple ordre des ministres « puissants d’un jour » ou du roi, rapidité d’exécution suggérée ici par l’aspect elliptique du récit « sitôt je vois », on pouvait se retrouver dans certain « château » (La...
tracking img