Commentaire le misanthrope i 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1416 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
UE 32 – séance du 2 nov. 2010 -

Commentaire d’un dialogue comique
Molière, Le Misanthrope, Acte I, scène 2 (extrait) Alceste, « le misanthrope», cultivé et homme de goût, est sollicité par Oronte, un mondain, qui se mêle de poésie et lui demande son sincère avis sur le sonnet qu’il vient de composer. Philinte, ami d’Alceste, assiste à la scène. (…) ORONTE « Sonnet... » C'est un sonnet.«L'espoir... » C'est une dame Qui de quelque espérance avait flatté ma flamme. « L'espoir... » Ce ne sont point de ces grands vers pompeux, Mais de petits vers doux, tendres et langoureux. (À toutes ces interruptions il regarde Alceste.) ALCESTE Nous verrons bien. ORONTE « L'espoir... » Je ne sais si le style Pourra vous en paraître assez net et facile, Et si du choix des mots vous vous contenterez.ALCESTE Nous allons voir, Monsieur. ORONTE Au reste, vous saurez Que je n'ai demeuré qu'un quart d'heure à le faire. ALCESTE Voyons, Monsieur; le temps ne fait rien à l'affaire. ORONTE L'espoir, il est vrai, nous soulage, Et nous berce un temps notre ennui; Mais, Philis, le triste avantage, Lorsque rien ne marche après lui! PHILINTE Je suis déjà charmé de ce petit morceau. ALCESTE, bas. Quoi? Vousavez le front de trouver cela beau?
UE 32 lettres - MASTER 2 MEEF parcours 1.3 Université de Provence – IUFM - Fabienne Carpentier

UE 32 – séance du 2 nov. 2010 -

ORONTE Vous eûtes de la complaisance; Mais vous en deviez moins avoir, Et ne vous pas mettre en dépense Pour ne me donner que l'espoir. PHILINTE Ah! Qu’en termes galants ces choses-là sont mises! ALCESTE, bas. Hé quoi! vilcomplaisant, vous louez des sottises? ORONTE S'il faut qu'une attente éternelle Pousse à bout l'ardeur de mon zèle, Le trépas sera mon recours. Vos soins ne m'en peuvent distraire: Belle Philis, on désespère, Alors qu'on espère toujours. PHILINTE La chute en est jolie, amoureuse, admirable. ALCESTE, bas. La peste de ta chute! Empoisonneur au diable, En eusses-tu fait une à te casser le nez! PHILINTE Jen'ai jamais ouï de vers si bien tournés. ALCESTE Morbleu!... ORONTE Vous me flattez, et vous croyez peut-être... PHILINTE Non, je ne flatte point. ALCESTE, bas. Et que fais-tu donc, traître? ORONTE, à Alceste Mais, pour vous, vous savez quel est notre traité: Parlez-moi, je vous prie, avec sincérité. (…)
UE 32 lettres - MASTER 2 MEEF parcours 1.3 Université de Provence – IUFM - Fabienne Carpentier UE 32 – séance du 2 nov. 2010 -

Travail préparatoire au commentaire

1. Remarques générales : Ce texte appartient à la comédie classique. Nous sommes ici au début de la pièce, en phase d’exposition. Le texte est en alexandrins à rimes plates, comme il est d’usage dans les tragédies et les grandes comédies classiques. Le sonnet d’Oronte est un texte dans le texte, comme le signale latypographie. Il est en octosyllabes et suit les règles habituelles du sonnet. Le titre de la pièce nous annonce un caractère, le misanthrope. 2. Notions et questions clés pour analyser un dialogue théâtral : - Identification du rythme du dialogue : nombre de répliques, volume. - Personnages : Nombre de personnages présents ? Evoqués ? Nom ? Statut ? Rapport de force ? Qui à l’initiative de la parole(prise de pouvoir par le langage).Comment se passe la circulation de la parole ? - Action : didascalies (mouvement, gestuelle) - Quel message véhicule le dialogue ? Vers qui va la sympathie du public ? L’un des personnages est-il le porte-parole de l’auteur ou d’une certaine morale ? 3. Notions pour analyser les formes du comique. - Le comique verbal nait de l’utilisation du langage (jeu de mots,invention verbale, force comique de la répétition langagière etc. ) - Le comique de gestes : mimiques, postures, jeux de scènes etc. - Le comique de situation provient du caractère cocasse de la scène, du décalage entre les personnages, de malentendus (quiproquo) etc. - Le comique de mœurs et de caractère : il se manifeste par une amplification caricaturale. Le dramaturge critique et se moque des...
tracking img