Commentaire "le paresseux" de saint amant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1187 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Français

Saint-Amant, (1594-1661) est un poète français. Sa riche expérience de la vie, faite notamment de voyages à l'étranger, de libertinage et de débauches, l'a certainement mené jusqu'à l'Académie Française en 1634. Ses œuvres sont centrées sur la critique de la préciosité, courant littéraire de la première moitié du XVIIème siècle qui repose sur la volonté de se distinguer par lapureté du langage, par l’élégance de la tenue et par la dignité des mœurs. Elles reflètent à la perfection l'esthétique baroque : exubérance des formes, fantaisie, liberté mêlant sublime et grotesque. Saint Amant écrit Le Paresseux en 1631, un sonnet tiré de ses Œuvres Poétiques, aux thèmes variés. Le thème de ce sonnet est la paresse, sujet d’apparence légère mais qui n’en reste pas moins le premierdes sept péchés capitaux. Ce sonnet, dédié à son ami Baudoin, caractérise énormément le style et la mentalité de Saint- Amant et fait un grand éloge de la paresse. Nous étudierons dans un premier temps comment le poète crée une évocation pleine de fantaisie proche de la parodie puis dans une deuxième partie en quoi ce poème revendique indépendance et liberté.

Pour composer cette évocationpleine de fantaisie proche de la parodie Saint Amant décrit le paresseux puis les plaisirs de l’oisiveté enfin l’insouciance du paresseux. Il ose écrire « un hymne » à la paresse, comme si la paresse, un des péchés capitaux était un sujet glorieux, noble.

Tout d’abord, Saint Amant fait une description imagée avec un lyrisme burlesque du paresseux qui est « accablé de paresse » sur son lit. (vers1) : l’association de ces deux mots est surprenante et humoristique car on est plus souvent accablé de travail ou de chagrin. Le paresseux semble être une victime et non un pécheur. Puis il s’identifie à un » fagot » (vers 2), objet utilitaire qui n’a rien d’humain. Au vers 3 Il se compare à un « lièvre sans os qui dort dans un pâté ». « Le lièvre qui dort » est une antiphrase pour parler dulièvre qui a été tué pour servir à la confection du pâté. La paresse est un état qui évoque la mort. Le lièvre sans os évoque un invertébré qui lui ressemble puisqu’il est dans son lit sans force. Le pâté donne une note de sensualité, de plaisir, de gourmandise. Au vers 4, Il se compare à un « Don Quichotte en sa morne folie ». Don Quichotte, antihéros, personnage idéaliste et irraisonné qui confondlivre et réalité est un rêveur comme « le paresseux ». « Morne folie » est une antithèse : la tristesse, l’absence d’éclat avec « morne » s’oppose à la déraison et l’extravagance de la « folie ». Le poète accentue l’harmonie du premier quatrain en utilisant des assonances en « O », « mélancolie », « fagoté », « os », « dort », « Don Quichotte », « morne », « folie ». Seules « la main hors des drapset les yeux entr’ouverts » sont en activité : on suppose que la main écrit pour ce cher Baudoin. Mais l’affection qu’il a pour son ami est si grande qu’il a surmonté sa haine du travail pour lui composer ce sonnet.
Le champ lexical est celui de la paresse : "paresse (vers 1), rêve (vers 2), lit (vers 2), fagoté (vers 2), dort (vers 3), oisiveté (vers 7), langueur (vers 8), dormant (vers 10),hais tant le travail (vers 12), yeux entr’ouvert (vers 12) draps (vers 13)". Il montre la richesse et la fantaisie dans la description de la paresse. Le sonnet ne comporte que trois longues phrases, des enjambements qui donnent un aspect de lenteur accentuant cette sensation de paresse, d’oisiveté.
Puis Il consacre un bel hymne » aux plaisirs de « l’oisiveté » à l’insouciance. Il trouve ce plaisir« si doux et si charmant », répétition pour insister avec des adjectifs mélioratifs, qu’il en oublie les réalités de la vie : la nécessité de travailler pour gagner sa vie. Il pense que « les biens lui viendront en dormant ». Le poète évoque l’embonpoint avec un mot familier « la bedaine » qu’il aurait acquise, signe de richesse. Il évoque la politique, autre réalité de la vie, comme un sujet...
tracking img