Commentaire le prince extrait du ch xviii « comment les princes doivent tenir leur parole. »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3328 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le prince Extrait du Ch XVIII « comment les princes doivent tenir leur parole. »
Le prince devant donc agir en bête, tâchera d'être tout à la fois renard et lion : car, s'il n'est que lion, il n'apercevra point les pièges; s'il n'est que renard, il ne se défendra point contre les loups ; et il a également besoin d'être renard pour connaître les pièges, et lion pour épouvanter les loups. Ceux quis'en tiennent tout simplement à être lions sont très malhabiles. Un prince bien avisé ne doit point accomplir sa promesse lorsque cet accomplissement lui serait nuisible, et que les raisons qui l'ont déterminé à promettre n'existent plus : tel est le précepte à donner. Il ne serait pas bon sans doute, si les hommes étaient tous gens de bien; mais comme ils sont méchants, et qu'assurément ils nevous tiendraient point leur parole, pourquoi devriez-vous leur tenir la vôtre? Et d'ailleurs, un prince peut-il manquer de raisons légitimes pour colorer l'inexécution de ce qu'il a promis? A ce propos on peut citer une infinité d'exemples modernes, et alléguer un très grand nombre de traités de paix, d'accords de toute espèce, devenus vains et inutiles par l'infidélité des princes qui les avaientconclus. On peut faire voir que ceux qui ont su le mieux agir en renard sont ceux qui ont le plus prospéré. Mais pour cela, ce qui est absolument nécessaire, c'est de savoir bien déguiser cette nature de renard, et de posséder parfaitement l'art et de simuler et de dissimuler. Les hommes sont si aveugles, si entraînés par le besoin du moment, qu'un trompeur trouve toujours quelqu'un qui se laissetromper. Machiavel Machiavel, auteur italien publie en 1513 Le Prince dédié à Laurent le Magnifique pour entrer en grâce auprès des Médicis. L'auteur propose alors une réflexion dans son œuvre sur la manière dont un dirigeant doit gouverner dans une Principauté. Sa réflexion porte donc sur la conquête du pouvoir et sa conservation. Machiavel sera considéré comme le premier moderne, par Léo Straussnotamment, en considérant dans son analyse ce qui est et non ce qui devrait être et en soutenant la centralité du mal en politique. Le Prince entre dans la lignée littéraire du genre des miroirs des Princes qui traite des vertus du prince et qui a pour objectif de conseiller celui ci. Machiavel en parodie le genre en faisant une rupture entre être et paraître et en se détachant du modèle moralque celui ci avait pour tradition de mettre au centre de sa réflexion. Dans le chapitre XVIII de son œuvre intitulé « Comment les princes doivent tenir leur parole. », Machiavel met en évidence le concept de « vérité effective » qui consiste à s'en tenir à l'effectivité. Il ne s'agit plus pour le prince d'imiter effectivement un modèle moral mais de s'adapter aux situations présentes. Le texteproposé à notre réflexion porte sur la nature de l'Homme qui va influencer la Politique. La question va être de savoir si le Prince doit agir en bête ou en homme, s'il doit combattre par la force ou par la loi. Ainsi ce questionnement résidera dans la définition de la nature humaine. On pourra alors s'interroger sur l'existence du mal qui résiderait en celle ci et donc au sein de la politique. La thèsedéfendue par l'auteur est qu'en chaque homme réside une bête et que l'homme est par nature profondément mauvais. Ainsi le Prince ne devra pas seulement agir en Homme mais aussi en bête pour gouverner tout en ayant conscience de la méchanceté des Hommes. La réflexion portera donc sur cette nature bestiale qui réside en chaque Homme et la façon la plus judicieuse de gouverner en cet état de bête.Selon Machiavel il ne faudra donc pas faire primer la loyauté mais la

puissance du lion et la ruse du renard qui réside dans la nature du Prince pour conserver le pouvoir. La force ne sera donc pas suffisante, la ruse est une qualité dont le Prince devra user pour gouverner, c'est pourquoi l'allégorie du renard représente une qualité essentielle que le philosophe devra transmettre au Prince...
tracking img