Commentaire littéraire- fable ou histoire de victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 7 (1612 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 6 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE LITTERAIRE FABLE OU HISTOIRE

Le poème Fable ou Histoire, apparaît au livre III du recueil Les Châtiment, écrit et publié par Victor Hugo en 1853. Ce poète est engagé dans les causes sociales de son époque et cette œuvre s’inscrit dans un contexte historique précis, lors de la prise de pouvoir de Napoléon III. Si cette fable bien bâtie plaît dans un premier temps, on remarque enanalysant le personnage central du singe que l’auteur critique fortement la société.

La fable écrite par Victor Hugo est plaisante à lire. Pour bien montrer que c’est un apologue réussi, nous allons nous intéresser à la construction du texte, ce qui fait sa vivacité, puis expliquer la morale.
Dès la première lecture, on comprend aisément le sens de ce texte court de 20 vers. C’est en partiedue à la structure simple mais efficace de ce dernier. Le premier vers expose la situation initiale, lorsque le singe a faim. Le deuxième vers décrit l’élément déclencheur, la peau du tigre, puis arrivent les péripéties, tous les meurtres, du vers 3 jusqu’au vers 17. Le dénouement se fait aux trois derniers vers, à l’arrivée du belluaire. Les personnages sont aussi peu nombreux, sous la formed’animaux. Ils sont résumés à un trait de caractère principal : le tigre est « méchant », le singe « atroce », les bêtes « [fuient] » et le belluaire est fort. La compréhension est facile.
Le texte plait aussi car il est agréable à lire, vif et rythmé et poétique. Il y a pour tous ses vers des rimes suivies. De plus, ces rimes sont majoritairement suffisantes ou riches. On a par exemple à la fin desvers 15 et 16 « émigre » et « tigre », qui ont 3 sons en commun. Ce poème est aussi exclusivement composé d’alexandrins, réputés majestueux. Ce type de vers permet de jouer sur le rythme du texte. Il enjambement intéressent aux lignes 6 et 7, pour les paroles rapportées au discours direct du singe. Cela rend le texte plus vivant. Il s’en suit le vers « Il s’embusqua, brigand des bois, dans lesépines : », découpé en trois mesures égales. Le rythme ternaire donne une impression de rapidité, de précipitation. On remarque également de nombreuses césures médianes au vers, en particulier aux trois derniers vers du poème, lors du dénouement. L’arrivée du belluaire s’accompagne d’un ralentissement du rythme, synonyme de retour au calme. Le texte est musical, fluide et vivant. Sa forme est en accordavec son fond.
Le texte bien construit se termine sur les paroles du belluaire. Cette fable ne comporte donc pas de morale explicite, mais on la devine. « tu n’est qu’un singe », dit l’homme en s’adressant directement au concerné. Ces paroles sont dégradantes, et semblent condamner singe, le réduire à moins que rien : il y a une forte dévalorisation. Le mot « singe » peut avoir une significationsecondaire, mais pour la morale nous nous contenteront du premier sens de ce mot. Le message semble être qu’il ne faut pas se déguiser, se prendre pour mieux que soi en se donnant un rôle ; et en essayant de tromper les gens. Car le jeu ne dure pas longtemps et on finit par être démasqué, montré à nu et humilié.

. Cette fable est donc bâtie autours du singe, principal personnage grâce auquelon tire la morale. Il est intéressant d’étudier ce personnage clef en détail pour découvrir les effets et la profondeur de ce texte. Voyons ce qui est terrifiant chez ce personnage puis ce qui fait de lui un être ridicule.
Dès les premières lignes de la fable, on a une vision négative et dévalorisante du singe : il est « maigre et [sent] un royal appétit ». Il a donc un physique disgracieux, oubien il peut être maigre d’esprit, c’est à dire bête. Quant au royal appétit, c’est un jeu de mot. Le singe a certainement faim. Mais si on inverse les deux mots, cela signifie plutôt une envie de pouvoir. Le singe est aussi égocentrique. Tout ce qu’il dit se rapporte à lui-même. « admirez-moi, voyez, je suis un tigre ! » proclame-t-il. Il utilise l’impératif pour donner un ordre à son peuple,...
tracking img