Commentaire litteraire " le renard et la cigogne " jean de la fontaine

La Fontaine est un écrivain appartenant au mouvement du Classicisme. Ce mouvement littéraire est définit par l'ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal s'incarnant dans l' « honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur une recherche de la perfection. La Fontaine est sous le règne de Louis XIV quand il écrit ses fables ce qui justifie l'allégorie souvent utiliséeet qui appartient au style bien particulier de La Fontaine. L'apologue est un genre très ancien ayant une visée didactique, unissant un récit à une moralité explicite ou implicite. L'apologue a pour but de plaire. Le texte que nous allons étudier est le dix huitième apologue du livre I des Fables intitulé « Le renard et la cigogne ». Ce texte présente une sorte de farce, où Renard ayant voulutromper Cigogne, se retrouve ridiculisé par cette dernière. Pour la créer, il s'est inspiré des fables de Plutarque mais aussi d'un apologue de Phèdre.
Nous nous demanderons comment, à travers un récit structuré et des personnages très mis en valeurs, La Fontaine donne un enseignement qui se veut universel?
Dans un premier temps nous analyserons l'art de ce récit, dans un second temps
nous mettronsen avant le caractère des personnages principaux, puis pour finir nous étudierons la dimension didactique de cette fable.

Pour qu'un apologue joue pleinement son rôle il faut qu'il soit bien structuré et plaisant à lire.

Le récit est placé dans un cadre spatial intemporel, il n'y a aucune date précise dans le champ lexical du temps, juste des mots tels que « un jour », « à quelque temps delà », « à l'heure dite » mais le tout reste très imprécis ce qui permet de le situer à n'importe quelle époque. La Fontaine fait en sorte que le lecteur ne s'ennuie pas il fait donc se croiser plusieurs vers et ajoute des rimes pour casser la monotonie du poème, il y a des rimes plates « Pour se venger de cette tromperie, à quelque temps de là, la cigogne le prie. », des rimes embrassées, des rimescroisées. Différents champs lexicaux sont présents dans ce poème, mais le principal est celui de la nourriture et du repas avec les mots tel que « diner », « cuit », « à point », « appétit » « brouet », « assiette », « régal », « miette », « laper », « diner cuit à point »... La figure de style prédominante dans cet apologue est l'allégorie car la censure étant présente, La Fontaine devaittrouver un moyen de contrer celle-ci sous Louis XIV, il choisit donc de faire parler des animaux.
Le comique de geste intervient à deux reprises dans ce texte. En effet, quand la Cigogne
handicapée par son bec ne peut manger le repas que Renard lui a servi, alors que celui-ci engloutit toute son assiette, on constate l' utilisation de la périphrase hyperbolique « La Cigogne au long bec ». Leshyperboles forment des antithèses « N'en put attraper miette » accentuant le comique de la situation. Puis à son tour quand Renard est bloqué par la largeur de son museau, ne pouvant pas se régaler du repas que la Cigogne lui a préparé, avec un machiavélisme certain, celle-ci ayant choisi volontairement un récipient inadapté à la morphologie de Renard.
L'attitude déconfite du Renard, obligé deretourner chez lui comme le souligne l'emploi du verbe « Il lui fallut à jeun retourner au logis » nous prépare à l'arrivée de la morale. La Fontaine utilise la comparaison pour accentuer l'humiliation du Renard « Honteux, comme un Renard qu'une poule aurait pris », on constate une inversion des rôles accentuée par La Fontaine avec le champ lexical
de la honte « Honteux », « serrant, portant bas »
Lerythme binaire de l'alexandrin est utilisé par excellence pour la tragédie et décrit la silhouette d'un Renard dépité, ce qui ne peut que faire sourire « Serrant la queue, et portant bas l'oreille »
Le Renard est connu comme rusé et méchant: il le prouve en se moquant de la naïveté de la Cigogne, celle-ci croyant qu'elle est invitée chez lui par gentillesse. La Cigogne traite le rusé animal de...
tracking img