Commentaire madame de sévigné lettre à sa fille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (895 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
SEQUENCE 1 : LE CLASSISISME

Commentaire N°1 : Mme de Sévigné - Lettres

Il s’agit d’une lettre extraite de la correspondance de Mme de Sévigné. Celle-ci a entretenue une très importantecorrespondance (environs 1500 lettres), la majorité destinée à sa fille, dont celle que nous allons étudier. Mais elle écrivait aussi des lettres à son entourage, sa famille (oncle, tante,…) ainsi qu’àses amis.
Mme de Sévigné a vécu en plein classicisme, sous le règne de Louis XIV. Elle se tient au courant de tout ce qui peut se passer du fait de son appartenance au monde mondain. Sa fille semarie et part en Provence. C’est l’élément déclencheur de ses lettres. Mme de Sévigné et sa fille ont une relation fusionnelle qui entraîne une correspondance très régulière (3 lettres par semaine). Cettelettre reflète particulièrement l’état d’esprit de Mme de Sévigné, la douleur qu’elle éprouve, après le départ de sa fille.

I) Une lettre
A) Les marques de la lettre
Ce texteappartient au genre que l’on nomme épistolaire, et effectivement, on peut relever les caractéristiques de la correspondance :
- un entête «  Á Paris, mardi 3 mars 1671 »- une signature,
- une formule d’adresse «  ma chère bonne »
- une formule de congé (l 17-18 ou l 20)
On notera ici que « bonne » n’a rien avoir avecle terme de domestique, c’est un terme affectueux.
La multiplication des formules de congé révèle le sentiment de Mme de Sévigné, elle n’arrive pas à finir sa lettre. Symboliquement, finir la lettrec’est rompre le contact avec sa fille.
La situation d’énonciation, le « je » parle à « vous » montre une correspondance privée. Le « je » et le « vous », omniprésent et prédominant, servent àreformer le couple mère - fille.
Le « vous » servant à qualifier sa file et ici due à son rang et à son époque.

B) Une lettre littéraire
Cette lettre est une correspondance privée d’une...