Commentaire: manifeste du parti communiste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1689 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Il semble que le premier chapitre « Bourgeois et prolétaire » soit le plus important, car il pose l’analyse de l’histoire dont découlent les thèses communistes. Il critique la division entre prolétaires et bourgeois.
Une idée essentielle du manifeste exprimé dés le début est que « l’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire de luttes de classes »
Durant notre histoire, denombreuses classes sociales se sont opposées: homme libre/Esclave, baron/serf, ou plus généralement oppresseur/opprimé.
!!!!!!!!!Ce chapitre rendcontemporaines au manifeste, en expliquant (dans le but de démontrer) leur naissance et leur réalité.
Pour Marx, les moyens de production et d’échanges sont la base sur laquelle est née et a grandi la bourgeoisie. C’est en remplaçant les anciens moyens deproduction par la libre concurrence qu’une constitution sociale et politique nouvelle est apparue, avec pour conséquence la suprématie de la classe bourgeoise.
Ensuite, on voit que lorsque deux classes s’opposent, une lutte continue se met en place sous diverses formes. Son issue est la « transformation révolutionnaire ou la disparition des deux classes ».
Le Manifeste prône donc en réponse à lalogique de concurrence, une union révolutionnaire par l’association, qui ne peut se faire que par une prise de conscience éclairée d’appartenance à une même classe et donc à une force politique potentielle. Par cette action, la victoire du prolétariat sur les rapports de production bourgeois peut alors être rendue inévitable.

Le deuxième chapitre du Manifeste analyse la position des communistesdans cette lutte de classes et observe ce que doit être leur engagement historique et presque moral.
Le manifeste prête aux communistes une vocation de soutien voire de moteur vis-à-vis des autres partis ouvriers.
Le capital est décrit comme étant une puissance sociale, issue de l’activité de nombreuses personnes : ce n’est pas une puissance personnelle, et les communistes trouvent donclégitime que le capital soit transformé en propriété commune, permettant alors l’abolition de l’antagonisme des classes.
Le Manifeste rend bien compte que les communistes souhaitent abolir l’exploitation de l’homme par l’homme ; ainsi leur tâche est donc d’aider à la prise de conscience de ce que les prolétaires sont, c’est à dire leur conscience de classe, et de soutenir le combat du communisme qui apour but « d’ôter au capital le pouvoir d’asservir le travail d’autrui à l’aide de cette appropriation ».

Le troisième chapitre se veut différent dans la mesure où il propose une critique de diverses théories socialistes, philanthropique et utopistes, qui imaginent pouvoir résoudre la question sociale sans envisager la lutte des travailleurs et sans remettre en question le capital. Ce chapitrene se contente donc pas de faire un inventaire des différents enjeux propres à chaque parti socialiste, mais il s’efforce de montrer en quoi leurs théories, malgré ce qu’elles apportent, conservent une structure de société amenant à l’antagonisme des classes. Pour résumer, d’un côté Marx et Engels reconnaissent l’apport des critiques de ces partis vis-à-vis de la société, puis de l’autre ilsrendent compte des points négatifs de celles-ci et de leur limites. Ils montrent que ces partis cherchent plus à réformer qu’à révolutionner.

Le quatrième chapitre, brève conclusion du contenu du Manifeste, résume la motivation et les moyens dont dispose la classe prolétarienne pour son émancipation.
Les communistes affirment aussi leur volonté de faire passer leurs idées coûte que coûte, enorganisant un mouvement révolutionnaire, qui agira par la violence s’il le faut
Ils n’ont peur de rien ni personne, parce que, comme l’ont écrit Marx et Engels au chapitre 2, les prolétaires, et par conséquent les communistes qui les représentent, n’ont rien à perdre, mais au contraire tout à conquérir. « Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. ». L’union...
tracking img