Commentaire "melancholia"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1379 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le réalisme est un courant littéraire du XIXe siècle (vers 1850-1890) qui donna pour mission au roman d'exprimer le plus fidèlement possible la réalité, de peindre le réel. Ainsi, Victor Hugo, poète militant qui s’est préoccupé tout au long de sa vie du sort des misérables et a lutté contre toute forme d’injustice sociale, décrit avec précision la société du 19ème siècle. Hugo publie donc en 1856le recueil des « Contemplations » dont est extrait le poème « Mélancholia » dans lequel il décrit la destinée fatale d'une femme au 19eme siècle.
Comment Hugo attire-t-il l'attention de la société sur le cas d'une mère misérable?
Pour répondre à cette question, nous verrons que des rêves et espérances voués à l'échec ainsi qu'une destinée fatale inspire la révolte d'un personnage combattifet également celle du lecteur.
nous étudierons la fatalité de la désillusion de cette femme, comment celle-ci est vouées à l'échec et un sort auquel elle ne peut échapper ainsi que l'expression du chant de révolte dans le poème.

Comment Hugo attire-t-il l'attention de la société sur le cas d'une mère misérable?
1 La desillusion de la femme, une fatalité./ Des illusions brisées
A Des rêveset éspérances voués à l'échec.
B Un sort auquel on ne peut échapper.

2 Un chant de révolte
A Un personnage qui se démène jusqu'au bout.
B
2 Un chant de révolte

A Un personnage qui se démène jusqu'au bout
B Le lecteur pris a témoin face a la misère

1 La désillusion de la femme, une fatalité
A Des rêves et espérances voués à l'échec.

-De prime abord, Hugo nous montre que lafemme avaient des espoirs, des désirs : « a cru peut-être, un jour, avoir droit au bonheur, à la joie, à l'amour » « elle regarde en rêvant quelques étoiles » or il s'avère que ces illusions sont détruites, ces rêves et espérances sont réduits à néant.
-En effet, Hugo met en valeur sa pauvreté et sa misère. Elle n'a aucun biens « elle n'a rien ».
-D'autre part la femme est complétement seule dansl'adversité et ne reçoit aucune aide puisque « l'homme est au cabaret » et qu' « elle est seule, elle est sans parents », de plus, la société, ici représentée par le substantif « la foule » ne lui apporte aucune aide non plus.
-La femme croit qu'elle peut gagner de quoi vivre comme le suggère l'anaphore « en travaillant le jour, en travaillant la nuit » mais les conditions de vie sont trèsdifficiles ce qui rend la possibilité à ses rêves de se réaliser moindre : « l'huile est chère, le bois est cher, le pain est cher », Hugo utilise de nouveau une anaphore avec un rythme ternaire afin de donner de l'ampleur à la difficulté d'acheter les aliments de base.
-Sa condition physique en souffre donc comme le montrent les adjectifs « maigre, blême »
-La femme doit alors réaliser qu'àcause de tous ces facteurs, la vie qu'elle s'imaginait ne pouvait fonctionner.

B Un sort auquel on ne peut échapper.

Il s'avère que cette femme n'avait peu ou pas d'échappatoire. Sa destinée est le sort commun à tous ceux qui sont dans la même situation qu'elle et elle n'est pas la seule dans la misère.
-En effet, le taux de chômage était très élevé comme le suggère l'adverbe de fréquencedans l'expression : « l'ouvrage manque, hélas!, cela se voit souvent »,

-on relève également la question adressée au lecteur « Qu'entendez-vous toujours? » et dans ce dernier mot culmine l'impression que la scène au milieu de la rue s'est déjà produite.
-La femme semble également complétement maîtrisée par les éléments naturels, elle ne peut en effet que subir l'hiver : « l'hiver vient ».-De même, la personnification « la faim passe bientôt sa griffe sous la porte, […] prend enfin quelque humble bague d'or » donne du pouvoir à la faim et renforce sa maîtrise de la femme affaiblie. De plus, les adverbes « bientôt » et « enfin » connotent une chronologie des faits qu'encore une fois la femme ne peut que subir.
-D'autre part, la destinée de la femme semble définie, elle n'est alors...
tracking img