Commentaire messe si de bach

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4724 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
JOHANN SEBASTIAN BACH : MESSE EN SI MINEUR BWV232
L'œuvre et son origine
La production tardive de Bach est pleine de mystères et la Messe en si mineur ne fait certes pas exception. Petit à petit, la recherche a pu dissiper le halo qui entoure cette œuvre mais plusieurs points d'interrogations subsistent encore aujourd'hui et laissent la porte ouverte aux hypothèses et aux spéculations. Laprincipale clé de la genèse de l'œuvre est offerte par les sources musicales. Celles-ci se composent d'une part de la partition autographe de la main de Bach qui compte depuis longtemps parmi les trésors de la Staatsbibliothek de Berlin et, d'autre part, de la partie vocale conservée aujourd'hui à Dresde et composée du Kyrie et du Gloria que Bach offrit en 1733 à son souverain, le Prince Électeur deSaxe Auguste II et, plus tard, roi de Pologne (sous le nom d'Auguste III) avec une dédicace et la requête pour «ein Praedicat von ero Hoff-Capelle» (une nomination à la Chapelle palatine). La partie vocale est de la main de Bach même, mais également de sa femme Anna Magdalena et de ses fils Wilhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel ainsi que d'un assistant inconnu. L'enveloppe contenant la partievocale décrivait le contenu en tant que «Missa», une indication qui à vrai dire vue d'aujourd'hui prête à confusion, alors que manquent, ou plutôt, semblent manquer le Credo, le Sanctus et le Benedictus ainsi que l'Agnus Dei. Dans l'optique du cantor de l'église de Saint-Thomas et de la pratique protestante d'alors, la succession du Kyrie, du Gloria constituait une œuvre complète, une «Missa»justement. Durant le service religieux protestant, seules ces deux parties de l'ordinaire de la messe en latin étaient habituellement mises en musique et, exceptionnellement, d'autres parties de la messe pouvaient s'ajouter, par exemple le Sanctus à l'occasion de la grand-messe à Leipzig. Le prince électeur de Saxe était certes catholique ; peut-être aurait-il mieux valu, eut égard au dédicataire, depréciser le titre et de nommer cette composition, non pas «messe luthérienne», mais du titre anodin de «Missa brevis» ou, tout simplement, de «Kyrie et Gloria».
Avec la Missa de 1733 débute la genèse de la Messe en si mineur en tant que contribution de Bach à la composition cyclique de l'Ordinarium Missae (c'est-à-dire des parties musicales de la grand-messe en latin qui se répètent,indépendamment de l'année liturgique). La structure caractéristique et la brillance des effectifs, incluant trompettes et timbales, le chœur à cinq voix et les cinq solistes démontrent qu'il s'agit ici, dans sa forme primitive, d'une Missa solemnis, une messe solennelle. Le fait que Bach avait jusqu'à présent systématiquement réservé ses compositions religieuses à des fins très précises soulèvent des questionsquant à la motivation derrière cette composition. Une réponse véritablement convaincante fait encore aujourd'hui défaut. On s'accorde pour trouver peu vraisemblable que Bach ait uniquement composé cette œuvre dans le but de la dédier au prince électeur. Le fait que l'exemplaire de la dédicace ait été donné sous la forme des parties vocales seules laisse cependant croire qu'il comptait sur uneinterprétation (et qu'il eut raison d'y compter) par l'orchestre de la cour de Dresde.
Si on ne peut déterminer si des raisons extra-musicales ont pu contribuer au printemps 1733 à la composition de l'œuvre, on peut du moins dire qu'elles lui ont été favorables: le ler février 1733, Auguste Le Fort, le souverain de Bach, électeur Frédéric-Auguste I et roi de Pologne Auguste II décéda. Un deuilnational fut alors instauré qui devait durer jusqu'au début de juillet dans toute la Saxe et toute activité musicale, même religieuse, fut interdite. Bach n'ayant alors plus à préparer l'événement musical-liturgique de la saison, c'est-à-dire l'exécution d'une passion le Vendredi Saint et étant également libéré de sa tâche de présenter des cantates jusqu'au début de l'été, il avait pour ainsi dire du...
tracking img