commentaire moliere le misanthrope

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (392 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Exemple de plan de commentaire-
Molière, Le Misanthrope, I, 1
Molière reste dans l’anthologie de la littérature française comme le grand dramaturge
comique. Ses pièces, mêlant résurgences antiques(Amphitryon), farce à la commedia
dell’arte (les Fourberies de Scapin) et références directes à ses contemporains (Les précieuses
ridicules) se présentent souvent comme des critiques acides de sescontemporains, en cela
fidèle à la devise de la comédie qui « castigat ridendo mores », châtie les mœurs en riant.
Le Misanthrope qui met en scène comme le titre l’indique, un personnage, Alceste,rebelle à
tout contact humain, intransigeant et aux principes de conduite inflexibles est de ces comédies
sérieuses.
Cet extrait, la scène 1 de l’acte I, se veut programmatique de la pièce à venir :elle
présente le héros tout en donnant l’enjeu de la pièce ; le héros qui se définit par sa parole
critique sans concession en est ici à sa première tirade, à l’argumentation soignée : il nejustifie ici, auprès de son contradicteur Philinte (le philanthrope) rien de moins que de sa
misanthropie.
I.
Une scène d’exposition
1. Exposition = début. Cf. le découpage : I, 1
2. Fonction del’exposition : Exposition = présentation des personnages.
a. Alceste, le personnage principal. Caractérisation :
-
par la parole (tirade = longue réplique)
-
par le refus négation « non, non » au débutde sa réplique, et qui la clôture aussi
« l’ami du genre humain n’est point du tout mon fait ». cf. variation « je refuse ».
-
par la morale : champ lexical de la morale « lâche », « honnête homme», « mérite »,
« vices »,
-
par le sens critique de l’homme cartésien (cf. racine de « critique » = juger *krinein)
qui fait preuve v.5 de « méthode », « tranche » et opère des différenciations cf.« différence » v.27 et se soucie de « distinction » (v.26).
-
se caractérise par l’omniprésence du « je » : « « je ne puis souffrir », « je refuse », « je
veux ». Alceste ne parle que de...
tracking img