Commentaire page de présentation de lambeaux de charles juliet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (860 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire sur le prologue de Lambeaux, Charles Juliet

La description du décor et du monde extérieur permet au narrateur de mettre en mots ou plutôt en images la douleur que souffre cettefemme. « Dehors, la neige et la brume. » (l.6), cette phrase nominale donne le sentiment d’un monde extérieur froid, qui n’est pas accueillant, ce qui est accentué dans la phrase suivante : « Le cauchemardes hivers. » (l.6-7). De plus, dans un paysage, la neige recouvre tout et déforme, et la brume empêche de distinguer clairement les choses. Il y a donc l’impression de décalage entre la femme et sonentourage. On distingue aussi une notion d’éternité : « nuit interminable » (l.7), « secondes indéfiniment distendues » (l.10-11), qui renforce l’aspect monotone de cet environnement glacé.
Cettefolie ou dépression oppresse cette femme, jusqu’à représenter un danger mortel pour elle : « cette plainte, ce cri rauque (...) a fini par t’étouffer » (l.22-25). Elle est comme attachée, mise enprison et cherche à se défaire de cette emprise : « laisser tomber les chaînes » (l. 20-21). On sent cette volonté de se libérer notamment dans la répétition du mot « partir » (l. 20) et à la ligne 8 : «tu songes à un départ ».
C’est donc l’histoire d’une femme en souffrance, qui lutte en vain contre sa dépression, ce qui la poussera à la suite à la tentative de suicide.
Cette femme que nousprésente le narrateur est la mère biologique de l’auteur. Dans ce prologue Charles Juliet, qui est à la fois l’auteur et le narrateur, nous introduit à son récit autobiographique Lambeaux.
Ce premiertexte témoigne en effet d’une implication marquée de l’auteur. Tout d’abord par l’utilisation constante du « tu » qui laisse supposer une certaine connaissance de la personne décrite. Mais le « je » del’auteur se manifeste aussi plus directement, par exemple lorsqu’il dit : « je voudrais revivre avec toi ces instants » (l.28-29), qui montre explicitement son attachement à cette mère qu’il n’a...