Commentaire philosophie bergson

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1042 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1) Thème. - Ce texte de Bergson traite du "machinisme", c'est-à-dire de l'usage intensif qui est fait des machines dans la production de type industriel.

Problème. En quoi le machinisme change t-il les rapports du "travailleur" avec la culture ? Le gain de temps réalisé lui permet-il de se tourner davantage vers la culture intellectuelle, ou bien au contraire l'industrie des loisirsl'entraîne-t-il toujours plus loin des oeuvres de l'esprit ?

Thèse (idée directrice). - Ce que l'on peut reprocher au machinisme, ce n'est pas de "réduire l'homme à l'état de machine", comme on dit, c'est d'avoir promu une forme de culture sans originalité. Mais avant tout, le machinisme apporte une économie de temps et de travail qui devrait donner l'occasion aux ouvriers de se cultiver, étant entenduque la vraie culture est "originale" et "intellectuelle".

Les articulations du texte.

- Dans les deux premières phrases, l'auteur résume le procès qui est fait habituellement au machinisme : la robotisation de l'ouvrier et l'uniformité du produit. Mais ce rappel prend d'emblée la forme d'une réfutation. (> développer)

- "Mais"... L'auteur développe l'objection en distinguant deux manièresd'utiliser le temps libre laissé par les machines : d'une part les prétendus amusements de l'industrialisation, d'autre part le développement autonome de l'intelligence et la véritable culture. Bergson écarte par ailleurs la possibilité d'un "retour à l'outil", qui ne serait d'aucun bénéfice culturel pour le travailleur. Dans tous les cas, Bergson en appelle à l'autonomie qui correspond audéveloppement de l'intelligence, et il l'oppose à tout ce que le machinisme "mal utilisé" pour imposer au travailleurs, y compris dans le cadre de ses loisirs.

- Enfin la dernière phrase met en balance l'"uniformité du produit" machinique et les "vraies originalités" qui appartiennent à la culture. Malgré les apparences, Bergson ne semble pas réellement stigmatiser cet inconvénient du machinisme dèslors que par ailleurs la spécificité de la culture, c'est-à-dire l'originalité, n'en est pas affectée.

2) - "réduire l'ouvrier à l'état de machine" - Par la division et l'automatisation du travail, l'ouvrier se voit obligé d'adapter son rythme de travail à celui (facilement infernal...) de la machine. Il ne contrôle plus la totalité du processus de production comme l'artisan. Il n'est lui-mêmequ'un maillon dans un chaîne complexe. Enfin il est souvent moins "qualifié" et moins indispensable que la machine elle-même.

- "prétendus amusements" - Il faut rattacher cette expression à la suite de la phrase : "...qu'un industrialisme mal dirigé a mis à la portée de tous". On peut supposer par là que l'auteur vise les loisirs dits "de masse", standardisés, proposés par la société "deconsommation". Quelques soient ces "amusements" - sports, jeux, spectacles... -, on peut rappeler ils ont été rendu possibles par l'introduction des congés payés... Le motif de la critique, plutôt sévère, de Bergson, tient surtout dans leur caractère mimétique et non personnel.

- "les vraies originalités" - Par opposition, il s'agit là de la "vraie" culture intellectuelle, dont le caractère principalest, aux yeux de Bergson, l'originalité. Il faudrait rappeler ici la nature foncièrement subjective de toute production artistique, la singularité de toute production de l'esprit même si sa valeur tient aussi dans son universalité.

3) Le machinisme peut se définir rapidement comme l'utilisation industrielle et intensive des machines. Son principe est l'automatisation de la production. La notionde "culture", au contraire, évoque l'autonomie de l'esprit et la créativité (plutôt que la productivité). Ces sont deux principes apparemment opposés, mais ainsi que le suggère Bergson dans ce texte, le choix de la culture n'est-il pas toujours possible, et n'est-il pas finalement facilité par le machinisme ?

a - Le machinisme comme aliénation du travail et standardisation de la culture ?...
tracking img