Commentaire pyrrhus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1292 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[Introduction]

Racine connaît son premier grand succès théâtral avec Andromaque, tragédie que le roi applaudit lors de sa première représentation le 19 novembre 1667. Cette pièce met en scène un épisode de l’histoire antique : le roi d’Épire, Pyrrhus, s’éprend d’Andromaque, la veuve d’Hector. Aveuglé par la passion, il rompt ses engagements auprès des Grecs, décide d’épouser la captive et,plus grave encore, d’épargner le fils de cette dernière, l’ultime rejeton des Troyens vaincus. Dans la scène 7 de l’acte III, au tournant de la pièce, Pyrrhus quitte son masque de roi vengeur pour déclarer son amour à Andromaque. Pour persuader la veuve d’Hector, qui a juré fidélité à mari, de l’épouser, il lui offre de laisser la vie sauve à son fils en échange de sa main. Nous verrons, en étudiantcette tirade, quel est le statut de Pyrrhus qui règne et se soumet à la fois, puis nous analyserons les strat1ki qu’il met en place pour séduire Andromaque.

[I - Pyrrhus, la puissance et la faiblesse]

[A. Un ennemi puissant]
Pyrrhus se présente à sa captive en roi tout puissant. Ainsi, il a le pouvoir de la parole et prononce une longue tirade sans être interrompu. Andromaque n’a pas lapossibilité de lui couper la parole ou de se révolter. Elle ne peut qu’attendre la fin de la réplique. Cette dernière porte d’ailleurs la marque d’un homme habitué à donner des ordres à se faire obéir. Il emploie l’impératif (« demeurez », v. 1, « Voyez », v. 7, « sauvez », v. 14, « Songez », v. 27), des modalisateurs injonctifs (« il faut ») ou encore le futur de certitude qui suggère que rien nepeut s’opposer à sa volonté (« je viendrai vous prendre », v. 27, « vous me verrez », v. 29). L’emploi de la tournure impersonnelle « On peut » fait entendre la voix de celui dont les désirs et les volontés deviennent des actes de lois. Le roi s’impose donc d’abord par la parole. De plus, Pyrrhus rappelle à son auditrice que sa victoire sur Troie lui a donné sur elle un pouvoir absolu. Le champlexical du combat (« armes », « haine », « ennemi », « trahir ») brosse en toile — de fond une évocation de la guerre sanguinaire qui a opposé les i dont Pyrrhus est l’un des chefs, et les Troyens, menés par Hector dont Andromaque est la veuve. La rime « larmes » , « armes» (v. 3-4) suggère la violence des rapports entre le vainqueur et sa prisonnière. Le vainqueur a en effet le pouvoir d’ôter à saprisonnière toute joie et tout espoir: il peut mettre à mort son fils, Astyanax (« le perdre », y. 30). Ainsi, Pyrrhus est roi et Pyrrhus est puissant. Pourtant, s’il prend la peine d’adresser à Andromaque une si longue tirade, c’est qu’il ne peut plus rien ordonner à son sujet. Il est en effet victime d’un amour qui ébranle sa force.

[B. L’expression de l’amour]
Pyrrhus dévoile progressivementses sentiments. Il invite d’abord Andromaque à ouvrir les yeux afin de mieux le comprendre (« Voyez si mes regards sont d’un juge sévère I S’ils sont d’un ennemi qui cherche à vous déplaire », v. 7-8). Puis, le champ lexical de l’amour vient remplacer celui du combat (« mes soupirs », « j’embrasse », « Mon coeur »). De plus, la récurrence de « Madame» suggère le plaisir que prend le roi às’adresser à celle qu’il aime. Il semble savourer cette adresse sans jamais s’en lasser. Pyrrhus ne peut d’ailleurs s’empêcher de recourir aux stratégies amoureuses alors même qu’il devrait parler en chef. Ainsi, il cherche à flatter l’orgueil de femme d’Andromaque en lui disant sa supériorité sur Hermione (« Je vous conduis au temple où son hymen s’apprête; Je vous ceins du bandeau préparé pour sa tête »,v. 19-20). Enfin, Pyrrhus révèle sa passion (« Je meurs si je vous perds », v. 26). Il a donc le pouvoir politique de tuer Astyanax et de rendre Andromaque irrémédiablement malheureuse, mais il n’en a pas la force. Le roi a le pouvoir de faire souffrir Andromaque, ce dont l’homme est incapable.

[Conclusion partielle et transition]
Pyrrhus, qui règne sur le plan politique, est en effet...
tracking img