Commentaire qu'est ce que la nation, ernest renan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1848 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Récemment, les débats sur l'identité nationale ont fait rage. Pour s'interroger sur ce concept, il est nécessaire de se demander ce qu'est finalement une « nation ». Communément, une nation sera définie comme un groupe d'hommes d'origine supposée commune, partageant une même destinée historique, une même langue ou encore une même culture, vivant sur un territoire commun et constituant une unitééconomique, placés sous un même pouvoir souverain, mais cette définition est loin d'être claire et unanime. Nous allons donc étudier la conception d'un auteur, Ernest Renan grâce à un texte extrait de son discours « Qu'est-ce que une nation ? » prononcé lors d'une conférence donnée à la Sorbonne le 11 mars 1882.
Ernest Renan (1823-1892) était un intellectuel français spécialisé dans l'étude dujudaïsme et des religions en général et notamment connu pour son texte Vie de Jésus (1863). Il donne cette conférence une dizaine d'années après la défaite de la France lors de la Guerre franco-prussienne (1870-1871) et à l'occasion de laquelle les États d'Allemagne annexèrent l'Alsace et la Lorraine. Cette annexion de l'Alsace-Lorraine choqua profondément le peuple français comme le montre lediscours de Renan qui dénonce ici la conception « essentialiste » typiquement allemande de la nation. En effet, Renan expose dans ce texte sa conception « française » de la nation, une conception qui laisse une large place à la subjectivité, basée sur la volonté des individus à vivre ensemble et sur le partage d'un héritage commun, en opposition à une conception typiquement allemande reposant sur le« jus sanguinis » (le droit du sang), la race et la religion.
Renan, au début de son texte, énumère différents types de groupements qu'il ne considère pas comme « nation » avant d'expliquer que selon lui une nation repose sur un héritage historique que les individus partagent et veulent faire perdurer. Enfin, Renan défend ses convictions en montrant que l'existence de nations distinctes prévautsur celle d'un monde unifié.
Ainsi, nous allons nous intéresser à la conception de « nation » selon Renan. En quoi un État diffère-t-il d'une Nation ? Sur quelles bases une nation doit-elle être construite ? Comment et pourquoi se forme une nation ? La conception de Renan serait-elle toujours valable en Europe aujourd'hui alors que l'on tend vers une uniformisation due à l'Union européenne ?Afin de tenter de répondre à cette problématique, nous étudierons ce qu'est une Nation selon Renan (I), puis nous nous demanderons si la conception qu'a Renan de la Nation serait aujourd'hui toujours possible (II).

I- La nation : un concept pluriel et ambigu

Au début de son texte, Renan énumère un certain nombre de formes de « sociétés humaines » auxquelles, selon lui, ne s'applique pas leconcept de nation. Suite à cette énumération, il expose les critères de sa propre définition de « nation ».

A- La dénonciation d'un concept fondamentaliste de « nation »

Selon Renan, « les formes de la société humaine sont des plus variées ». En effet, cette phrase est suivie d'une énumération de différents « modes de groupement qui tous existent, ou bien ont existé ». Tous ces modes sontdifférents et aucun ne correspond à l'idée qu'a Renan de la nation. « Grandes agglomérations », « tribu », « cité », communautés « maintenues par le lien religieux », « confédérations » : aucun de ces modèles n'est considéré comme « nation » pour Renan car ils fondent l'idée de « nation » sur un élément particulier comme une religion, une langue, une race par exemple, ce qui est l'exact opposé duraisonnement de Renan.
On en viendrait donc à confondre « la race avec la nation » et « l'on attribue à des groupes […] linguistiques une souveraineté analogue à celle des peuples réellement existant » . En disant cela, Renan rappelle le contexte dans lequel il prononce son discours puisqu'il dénonce une conception germaniste, ou essentialiste de la nation : « des parentés comme celle que la...
tracking img