Commentaire ronsard comme on voit la rose au mois de mai

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1383 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pierre Ronsard a appartenu et a été à la tête, avec Du Belley, d'un groupe de sept poètes : la Pléiade, qui est devenu plus généralement un mouvement littéraire de la Renaissance. L'objectif de ce dernier est double : promouvoir la poésie en français par opposition à celle en latin en améliorant et en enrichissant la langue française, et imiter les auteurs antiques pour en retrouver la richesse.Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose est composé en 1574 et publié en 1578 dans le recueil Le second livre des Amours. Ronsard a écrit ce poème à la demande d'Henri III, qui était accablé de douleur suite à la perte de sa Maîtresse Marie de Clèves. Le poète a lui aussi appris la mort d'une jeune paysanne de Bourgueil qu'il avait aimée, Marie Dupin, à qui il associe la disparition dela dame du roi.
Comment Ronsard rend-il hommage à la femme aimée ? Dans un premier temps, nous évoquerons l'image de la femme, comparée à une rose, puis nous étudierons en quoi ce poème fait office de deuil. Enfin, nous verrons comment il transforme la mort afin d'immortaliser celle qu'il adorait.

Le poète décrit une femme, partie trop tôt, qu'il compare à une rose, sur deux aspects : labeauté et la jeunesse.
Le poème repose sur une comparaison filée entre la femme et la rose. Effectivement, la structure du sonnet en est le premier élément puisque les quatrains sont consacrés au comparant et les tercets au comparé. De plus, les connecteurs « comme » (v.1) et « ainsi » (v.9) montrent la présence de la figue de rhétorique. Nous pouvons également remarquer que la rose et la jeunefille se retrouvent sur plusieurs points car la première est personnifiée via des termes employés généralement pour l'humain : « jeunesse » (v.2), « grâce » et « amour » (v.5), « languissante » et « elle meurt » (v.8). Nous notons que ce vocabulaire est réutilisé pour caractériser la femme : « en ta première et jeune nouveauté » (v.9), « beauté » (v.10) et « t'as tuée » (v12) ce qui rapproched'avantage le comparé de son comparant.
Par ailleurs, la beauté de cette femme est sa qualité la plus valorisée. Ce poème est en premier lieu un poème d'amour qui propose l'éloge de la bien-aimée puisque la comparaison à la rose est laudative par sa connotation de la splendeur. La répétition du terme « rose » (v.1;4;14) soulignent l'attention que le poète lui accorde. Nous pouvons relever la présenced'une certaine sensualité qui est notamment évoquée par une invitation à utiliser les sens de la vue « on voit » (v.1) et de l'odorat « embaumant » et « odeur » (v.6).
Enfin, cette beauté est liée à la jeunesse de la femme car dès le premier vers nous retrouvons « le mois de Mai » qui rappelle d'une part, la nouveauté exprimée par l'arrivée du printemps et le renouveau qui s'en suit et d'autrepart, l'amour. Nous remarquons la présence d'une correspondance entre ces deux caractéristiques puisqu'elles sont associées par les termes « belle jeunesse » (v.2) et par les rimes « nouveauté » et « beauté » (v.9 et 10).
Cependant, cette jeunesse possède un caractère éphémère. Cet aspect permet ainsi de montrer que ce sonnet est en réalité un poème de deuil.

Le poète, au travers de ce texte,fait le deuil de sa bien-aimée.
Dans un premier temps, la mort est volontairement ignorée. En effet, le premier quatrain repose sur le champ lexical de l'insouciance notamment par l'évocation de la « jeunesse » (v.2) que nous trouvons dès le premier vers avec les termes « mois de Mai », de la beauté « belle » (v.2), « vive couleur » (v.3) mais aussi par la description d'un jardin « branche » et« rose » (v.1), « fleur » (v.2), « arrose » (v.4). De plus, la personnification de la rose appuyée d'un vocabulaire destiné aux humains au vers 2 « en sa belle jeunesse » et « grâce » au vers 5, contribue à rejeter l'idée de ce décès. Cette personnification est renforcée par deux parallélismes entre la rose et la femme (v.2/v.9 et v.5/v.10), d'autant plus que l'aspect de la beauté se retrouve...
tracking img