Commentaire ronsard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (930 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document

Commentaire de texte : RONSARD Sonnets pour Hélène

INTRO : Nous allons étudier un sonnet de Ronsard, poète du 16ème siècle. Ce siècle est le siècle de la Renaissance, il est souvent considérécomme le siècle des Réformes mais, il est aussi martelé par ses guerres de religion. Il se caractérise en littérature par un nouvel enthousiasme, c’est-à-dire que l’homme est enfin en harmonie aveclui-même. Les auteurs et poètes s’inspirent de l’Antiquité et se libèrent en faisant confiance à la nature.
Ronsard devient le poète français le plus important du 16siècle. Il se distingue autant dansla poésie lyrique, avec Les Odes ou dans la poésie engagée comme dans Hymnes et les Discours.
Ce sonnet vient du recueil Sonnets pour Hélène. Ronsard est alors âgé de 50 ans, il écrit ces sonnetspour Hélène, un de ses derniers amours, beaucoup plus jeune qu’elle.
Ici, Ronsard imagine Hélène vieille et regrettant le passé lorsqu’elle était belle.
Nous allons tout d’abord montrer que ce sonnetest original de part sa structure; ensuite étudier la manière dont Ronsard déclare son amour à Hélène pour finir, nous allons prouver que Ronsard créée une scène de genre pour dresser un portraitréaliste et nostalgique de la vieillesse d’Hélène.

I. Un sonnet original

Pour commencer, nous allons montrer que le sonnet de Ronsard est structuré de manière originale. Le sonnet est divisé endeux quatrains et deux tercets et forme une composition originale. Le premier quatrain est statique : il met en place la scène de genre. Le deuxième quatrain est dynamique, en effet on peut l’expliquergrâce à :  « réveillant », « bénissant...de louange éternelle ». Ces deux quatrains stimulent notre imagination, ils sont longs et mettent en avant une scène pittoresque. Ensuite, Ronsard adopte unton péremptoire, menaçant :  «  vous serez une vielle accroupie », il utilise un rythme ternaire : « Cueillez, vivez, n’attendez » ces impératifs renforcent l’idée de menace. Pour terminer, Ronsard...
tracking img