Commentaire ronsard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1974 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE RONSARD

 Le thème de la belle indifférente qui reste insensible aux sollicitations du poète amoureux, Ronsard l’a maintes fois traité, (en particulier dans les Amours), il a derrière lui une longue carrière de poète. Il  renouvelle ici le thème de manière originale. Nous allons voir comment.
 
I)                    La représentation de la femme dans le poème. ( ou Un tableauréaliste de la vieillesse)
Ronsard procède à une projection dans l’avenir (prolepse). Il représente la belle et jeune Hélène de Surgères chez elle, à la fin de sa vie. Hélène est évoquée au futur « vous serez » (vers 1 et 11).
Le cadre de la scène est celui de l’intimité domestique.  « auprès du feu » « au foyer ».
Le moment de la journée choisi est le soir. Le  soir a une dimension symbolique. Ilreprésente l’approche de la mort, la fin de la vie humaine.
L’éclairage de la scène est parcimonieux : la chandelle, la lueur du feu. C’est un univers rétréci. Comme la flamme qui est une représentation symbolique de l’âme, la vie de la vieille femme ne tient qu’à un souffle. Le rythme irrégulier du deuxième hémistiche, au vers 1 évoque la fragilité de cette vie humaine menacée par le temps :vers 1 = 6+2+4. L’adjectif « vieille » est mis en valeur à l’hémistiche, il est renforcé par l’intensif « bien ».
Les occupations du personnage se sont restreintes aux activités domestiques. Les  allitérations  « an » très nombreuses dans les deux quatrains et la régularité du rythme (6+6 vers 2et 3)soulignent la monotonie de cette vie(relevé). Les sonorités consonantiques du participe présent« dévidant » donne à entendre le bruit du rouet qui file la laine.
L'opposition futur / passé (« serez », « direz » / « célébrait » (la femme était la muse du poète), « j'étais ») souligne la différence entre la beauté (propre à la jeunesse) et la vieillesse.
Beauté passée: Le chant qui accompagne ces taches domestiques est empreint de mélancolie. La locution conjonctive « du temps que » met en reliefl’adjectif « belle » placé à la rime mais les verbes sont à l’imparfait. La beauté appartient aux souvenirs du passé : « Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ». La vieille femme désormais n’est plus entourée que de ses servantes engourdies par la fatigue. Ces femmes « à demi sommeillant » s’immobilisent dans un sommeil qui est une préfiguration de la mort.
 Cette intimité  domestique adonc des connotations négatives : elle est synonyme de solitude, de nostalgie ( imparfait  du   verbe « célébrer » vers 4).  Hélène est bien loin des fêtes de la cour qui font l’ordinaire de la destinataire du poème au moment où celui-ci est écrit .
 
II)      Une déclaration d'amour originale
 
Le poème est en effet dédié à une jeune femme qu’il s’agit de convaincre d’accepter les faveursdu poète.
 La stratégie de celui qui écrit est en deux temps. Dans un premier temps il s’efforce d’inquiéter la jeune femme par une évocation très sombre de la vieillesse (dans les deux quatrains et le premier tercet)et dans un deuxième temps il l’invite à profiter de la vie en lui accordant ses faveurs (dernier tercet et chute du poème). Il s’agit moins de convaincre que de persuader ladestinataire du poème.

La structure du sonnet est donc exploitée en vue de l’effet à produire elle sert la stratégie du poète. Analyser la composition du poème va donc nous permettre de voir quelle est la stratégie du poète.

1) Une comparaison des deux destins : effrayer Hélène
Les deux quatrains présentent une unité thématique et sonore : ils sont consacrés au tableau intimiste où lavieillesse d’Hélène se trouve mise en scène. Du point de vue de l’énonciation la deuxième personne domine : « vous serez » (vous) « direz » « vous n’aurez » « votre nom ».
La conjonction de temps « Quand »donne son armature logique au poème. Les deux quatrains sont fortement associés par le mot de reprise «  lors » placé au début du deuxième quatrain.
 
Après cette évocation de la vieillesse...
tracking img