Commentaire rossignol

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1867 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
le rossignol de verlaine
I/ le symbole du rossignol selon verlaine
avant de parleer du texte en lui meme , j'ai décider de m'interresser au Rossignol , en effet pourquoi Verlaine a t'il décider de le metre comme titre de son poemes assez saturniens ! Interessons nous tout d'abord aux "symbole " du rossignol , en effet depuis l'antiquité grecque, le rossignol symbolise le chant amoureux, à lafois parfait et éphemere. Placé à la fin des Paysages tristes, Le Rossignol de Verlaine reprend le "saturnisme" en évoquant un amour , si parfait soit -il, voué à disparaître à cause d'un mauvais destin ( en effet , Verlaine na paas eu ce qu'on pourrait appeler une vie glorieuse ... alcolisme , depression , prison etc etc...).

II/ Le souvenir
Malgré le titre, le thème essentiel du poème semblebien être celui du souvenir douloureux d'un amour perdu. Clairement annoncé dès le deuxième vers, le surgissement des "souvenirs", tel les vol d'oiseaux, est brutal , violent et parfois arrive sans réellement prevenir. La souffrance qui l'accompagne n'est pas exprimée clairement mais suggérée par l'adjectif "criard dont la rudesse des sons( c et r et la dissonance, la succesion du i puis du acréent un effet de discordance au sein du premier vers). L'aspect moral de cette douleur est précisé plus loin par l'adjectif "mauvaise" placé à la rime, qui insiste sur le caractère néfaste de l'émotion. Devant cette souffrance, le poète est passif, ce que souligne la construction du deuxième vers, "Tous mes souvenirs s'abattent sur moi", dans lequel le sujet actif du verbe est le nom "souvenirs"alors que le pronom personnel "moi" est complément circonstanciel. La violence de cette irruption est marquée par le verbe "s'abattre" répété aux vers 2, 3 et 7 accentuant le caractère fatal de cette invasion à laquelle rien ne peut s'opposer. En outre, l'utilisation systématique du pluriel suggère l'impression d'une entrée massive dans la conscience : "un vol d'oiseaux", "tous mes souvenirs",l'indéfini "tous" renforce encore l'idée de nombre rendant la lutte impossible, " les Regrets". Le mot "rumeur" évoque également un groupe indifférencié émettant, sans qu'on puisse en identifier l'auteur, des sons destructeurs. Le souvenir apparaît donc comme l'irruption brutale dans la conscience du poète d'une émotion douloureuse et désordonnée. Victime passive de l'agression du souvenir, celui-cis'abandonne alors et laisse surgir en lui le passé. La structure de la phrase unique qui constitue le poème épouse les mouvements de la subjectivité. Progressivement, un seul souvenir envahit l'âme du poète dans un déroulement obsessionnel que soulignent les indications chronologiques, "et puis", "au bout d'un instant", l'enchaînement des propositions et la répétition de mots comme "s'abattent".Finalement, seule la voix du souvenir se fait entendre, occupant toute la conscience. Cette voix qui résonne au centre même du poème est présentée seule comme un chant qui s'élèverait soudain du plus profond de l'âme, ce que souligne la répétition anaphorique de l'expression "Plus rien que la voix" aux vers 11 et 12. Elle évoque "l'Absente" sur un mode mineur, s'exténuant elle-même dans son chant.L'incise, placée entre tirets, " ô si languissante" souligne sa faiblesse, renforçant par le jeu des coupes, de l'exclamation et de l'intensif "si" la valeur de l'adjectif. Cette langueur, typiquement verlainienne, n'est pas celle de l'homme, mais celle du souvenir déjà à demi disparu. La femme ou la jeune fille, désignée par son absence, n'est plus que vide, sentiment de perte auquel la majusculeconfère plus de force. Aucune description ne l'évoque, aucun détail : le souvenir est réduit à quelques brèves notations de sentiments et cette "Absente" peut tout aussi bien être la mère ou la soeur que l'amante. L'expression proprement dite du sentiment est différée jusqu'au vers 13, "mon premier Amour", comme si son surgissement dans la mémoire avait été plus tardif. Ici aussi Verlaine cultive...
tracking img