Commentaire sociologie du travail : le temps du remue-ménage. conditions d’emploi et de travail de femmes de chambres par isabelle puech

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2427 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Depuis le début des années 80 les pouvoirs publics ont impulsé le développement du travail à temps partiel. Aujourd’hui il est exercé en France à 80% par des femmes. Il est devenu un marqueur d’un clivage entre sexe. Ces inégalités peuvent s’expliquer par le fait que, souvent, les hommes n’occupent pas les mêmes emplois que les femmes.
Isabelle Puech, dans son enquête de 2004, appelée Le tempsdu remue-ménage. Conditions d’emploi et de travail de femmes de chambres, s’intéresse aux femmes de chambres d’un hôtel. Elle va s’attacher à nous montrer les conditions de travail de ces femmes, qu’elles soient sous contrat dit « normal » ou en contrat avec une entreprise sous-traitante.
Le texte de Margaret Maruani, Entre travail et emploi, va nous permettre de faire la distinction entre travailet emploi.

Que nous apprend le texte d’Isabelle Puech sur les conditions de travail de femmes de chambre, et en quoi permet-il de montrer quels sont les enjeux de l’emploi et du travail pour ces femmes ?

Nous verrons dans un premier temps que le texte d’I. Puech présente les conditions de travail des femmes de chambres, mais aussi que selon leur employeur elles n’ont pas toutes les mêmesdroits.
Nous montrerons ensuite quels sont les véritables enjeux de ce travail, en démontrant pourquoi elles acceptent ces conditions de travail, et surtout en montrant l’importance du statut salarial.

Le texte s’appuie ici sur une enquête. L’enquête a été réalisée grâce à une série d’une vingtaine d’entretiens réalisés auprès des femmes de chambres de l’hôtel Sourire, mais aussi des femmes dechambres embauchées par Clean, entreprise sous-traitante.
En effet, au sein des hôtels Sourire, on retrouve des femmes de ménage, travaillant à temps complet, et embauchées directement par l’hôtel, et des femmes de ménage embauchées par la société Clean. La société Clean mettant à disposition les femmes de ménage pour la société Sourire. Ces femmes de ménage sont elles à temps partiel elles ontdonc un contrat de sous-traitance. Certains acteurs syndicaux et associatifs ayant participé à la grève qu’a connue l’hôtel ont aussi été interrogés.
Les entretiens ont été réalisés de façons semi-directives, cela permet d’obtenir des réponses sur des thèmes précis.
Les entretiens se sont déroulés sur un an, pendant et après la grève.
Jamais dans son texte I. Puech ne donne son avis, elleretranscrit, et développe ce que lui ont dit les femmes de chambres.

Grâce à ces entretiens, Isabelle Puech va nous expliquer quelles sont les conditions de travail des femmes de chambre.

L’activité de nettoyage est tout d’abord connue pour être majoritairement exercée par des femmes. Cependant, 63 % des femmes sont à temps partiel, contre 14 % des hommes.
En outre, les activités de nettoyagediffèrent que l’on soit une femme ou un homme. En effet, les hommes vont avoir des tâches nécessitant un recours à des machines automatisées (jardin, couloir..), tandis que les femmes vont-elles avoir des tâches moins qualifiées et plus répétitives, mais aussi plus fines à réaliser. L’auteur dira même que « le travail des femmes s’insère ici dans le prolongement de leur activité domestique (p.73) ».
En ce qui concerne l’activité de nettoyage en général, les principales contraintes sont : un travail précis, qui s’effectue surtout debout, dénué d’intérêt. Il impose aussi souvent des horaires décalés (tôt le matin, ou tard le soir).
Ces activités concernent surtout les femmes, jeunes, immigrées et non diplômées.

Nous avons donc vu que l’activité de nettoyage était marquée par uneinégalité entre sexe des activités effectuées, mais il existe aussi des inégalités entre les femmes elle-même.

En effet, au sein des hôtels Sourire coexistent deux catégories de femmes de chambre : l’une employée par le groupe Sourire, travaillant à temps complet, et l’autre, employée par l’entreprise sous traitante Clean, travaillant à temps partiel.
Cette distinction est visible, chaque femme...
tracking img