Commentaire sur " ce que dit elsa" de louis aragon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (879 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Louis Aragon (1897-1982) est un poète et écrivain français qui appartient au mouvement surréaliste: ce mouvement repose sur le refus de toutes les constructions logiques de l'esprit et sur lesvaleurs de l'irrationnel, de l'absurde, du rêve, du désir et de la révolte. Ayant été mobilisé deux fois pour chacune des guerres, il fut profondément marqué par la Résistance comme en témoigne sa poésieengagée.
Le recueil, Cantique à Elsa publié en 1942, contient plusieurs poèmes qui sont un véritable hymne à sa femme, Elsa Triolet, qu’il vénère. « Ce que dit Elsa » est un poème écrit à l’Epoque del’Occupation Allemande (Seconde Guerre Mondiale), où Louis Aragon fait parler sa femme qui l’encourage à mettre sa poésie au service de la Résistance.
En quoi ce poème est-il engagé?
Nousétudierons, tout d’abord, en quoi ce poème est-il ancré dans la réalité puis nous verrons en quoi l’écriture libre de ce poème est au service de l’espoir.


Nous allons, pour commencer, analyser qu’àtravers un poème ancré dans la réalité, Aragon cherche à dresser un tableau réaliste des conditions de la guerre pour alerter les Français.
Premièrement, le champ lexical de la souffrance telque « sang », « coupure », « feuilleton sinistre », « bruits de chaînes » appuyé par des expressions métaphoriques insérées par l’anaphore « que ton poème soit » ( insistance sur la portée, le pouvoir etl’importance du poème) évoque les conditions inhumaines de la guerre, de la Résistance et de l’Occupation:
De plus, le présent actualise, ancre dans la réalité. Des emplois différents du présent sontutilisés: l’actualité tel que « tu veux »; la généralité pour «où l’on trime, où l’on saigne » ;futur comme « Que triomphe la voix humaine ». Alors que du conditionnel et du subjonctif sont utilisés, cequi marque une opposition: le conditionnel est le mode de l’irréel, du souhait, du doute comme «en vaudrait-il la peine » et le subjonctif a une valeur d’injonction, de conseil comme « soit »....
tracking img