Commentaire sur la bulle unam sanctam

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1682 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Je suis pape, je mourrai pape », Boniface VIII ne pensait pas si bien dire puisqu’il est mort en exerçant ses fonctions pontificales. Benedetto Caetani, de son nom de naissance, est né en 1235 à Anagni en Italie et mort le 11 octobre 1303 à Rome. Tout d’abord avocat puis notaire du pape à Rome, il obtint le titre de cardinal en 1281, il fût élu pape le 24décembre 1294 suite à la démission deson prédécesseur Célestin V. Malgré une élection régulière, il fût accusé d’avoir poussé à la démission son prédécesseur qu’il fit emprisonner pour éviter le risque de schisme. Tout comme Grégoire VII, il voulut élever la puissance spirituelle au-dessus de la puissance temporelle, et prétendait disposer des trônes des royaumes d’Europe, ce qui lui valut des conflits avec l’empereur d’Allemagne et leroi de France (Philippe le Bel) notamment. Il est l’auteur de la bulle Unam Sanctam, dont le texte à étudier est un extrait, qui prône la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel. Une bulle pontificale est un document originellement scellé par lequel le pape pose un acte juridique important. La bulle Unam Sanctam, publié le 18 novembre 1302, a été écrite pendant un conflit entrele pape Boniface VIII et le roi de France Philippe le Bel, ce dernier voulant s’émanciper de la tutelle de l’Eglise. Ainsi, Boniface VIII, en réponse à ce conflit, stipule dans la bulle Unam Sanctam que le pouvoir de l’Eglise est supérieur aux pouvoirs royaux. La réaction du roi de France ne s’est pas fait attendre puisqu’il fit capturer le pape dans sa région natale, Boniface VIII fut libéré parles populations locales mais mourut un mois plus tard suite aux mauvais traitements qu’il avait subi. Ce texte a donc pour objet et enjeu la justification de l’autorité dite spirituelle sur le pouvoir dit temporel. Aussi ce texte nous amène à nous demander quels étaient les moyens utilisés par l’Eglise pour justifier sa compétence et sa supériorité sur le pouvoir royal ? Afin de répondre a cettequestion, tout en nous efforçant de suivre le cours de l’extrait, nous nous intéresserons a la division acquise du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel à travers l’allégorie des deux glaives qui fera l’objet d’un I], avant de nous intéresser au sein d’un II] à la hiérarchisation des pouvoirs spirituel et temporel.

I] La division acquise du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel
Cettedivision est illustrée par l’allégorie « des deux glaives », le premier représentant le pouvoir spirituel, tandis que le second symbolise le pouvoir temporel. Cependant que signifient ces deux termes, nous le verrons dans un A). Tandis que dans un B), nous nous intéresserons à l’ origine divine du pouvoir de l’Eglise en s’arrêtant entre autre sur la légitimité de ce pouvoir.

A) DéfinitionsL’allégorie « des deux glaives », considérée aujourd’hui comme une doctrine, est une ancienne thèse de l'Église catholique romaine, à l'époque médiévale, selon laquelle le pouvoir spirituel est déclaré supérieur au pouvoir temporel. Cette doctrine a été mise en place par le pape Boniface VIII dans sa bulle Unam Sanctam. En effet on peut voir apparaitre une référence à cette allégorie dès la ligne4 : « le pouvoir sur le troupeau comporte deux glaives, le spirituel et aussi le temporel ».
Le pouvoir spirituel, pouvant être aussi qualifié d’autorité, représente le premier glaive. Le pouvoir spirituel est perçu comme étant le symbole du pouvoir ecclésiastique, donc de l’Eglise. Ce pouvoir s’exerçait sur les âmes, concernant le salut à travers la définition et le maintien du dogme dans le cadre dela religion. On peut donc dire qu’il s’agissait d’une emprise psychologique sur les croyants qui les persuadait à obéir, notamment par la crainte de l’enfer.
Par opposition, le pouvoir temporel était accordé aux souverains et aux pouvoirs civils et restreint aux affaires humaines et à l'ordre social, et exercé sur les corps et sur les biens. Il disposait de la force publique pour se faire...
tracking img