Commentaire sur la citoyenneté à rome

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2085 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
C'est dans le cadre très fertile du monde grec antique, que naitra la cité. Aristote, la désignera comme « une réalité naturelle » dans laquelle, « l'homme est destiné à vivre » ( POLITIQUE, 1.1253 a8-9 ), l'homme étant selon Aristote « l'animal politique ». De là, découlera la notion citoyen. Le citoyen étant le composé de la cité, que Aristote va s'attacher à définir, à traversle cas d'Athènes, représentatif, du reste du monde grec.
Ainsi, la citoyenneté grecque, s'étendra dans la totalité de ce monde, monde marqué par un clivage de cités rivales ( on en dénombre environ 850 durant la période classique ), et restera longtemps, effective dans un ensemble géographiquement limité, celui de la cité, et ne s'acquierant que sous certaines conditions décrites par la loi.Le modèle Athénien sera longtemps prépondérant et précurseur sur la notion de citoyenneté et va influencer beaucoup de cités alliées à Athènes et tendre à se propager.
Ainsi, ce modèle, se propagera jusqu'à Rome qui commencera par le calquer. Le citoyen romain, tout comme le citoyen grec aura grâce à son statut de citoyen, des droits et des devoirs et cela dans le cadre géographique de la citéde Rome et ses faubourgs.
Cependant Rome en vue d'assouvir son insatiabilité d'expansion initiera rapidement, une conception originale, d'organisation de la cité et surtout de la citoyenneté, comme Michel Humbert, professeur d'histoire du droit à paris II, le démontre à travers ses écrits, tel que dans le texte que nous étudierons ici, qui est un extrait du manuel d'INSTITUTIONS POLITIQUES ETSOCIALES DE L'ANTIQUITE de 2003, dans sa 8ème édition, page 7.

Le texte soulève donc très clairement la question du pourquoi et du comment la citoyenneté romaine se distingue t-elle de la conception grec de citoyenneté. Il semble donc intéressant d'orienter notre réflexion en deux parties :
I/ Une conception originale de la citoyenneté issue d'une volonté
d'expansionse dégageant dans un contexte particulier, qui
apporte, un éclairage différent sur le concept de citoyenneté
II/ Une conception originale de la citoyenneté très ouverte poussée à
son paradoxe

I/ Une conception originale de la citoyenneté issue d'une volonté d'expansion se dégageant dans un contexte particulier, qui apporte, un éclairage différent sur leconcept de citoyenneté
En effet si le site originel de Rome, s'avère être à l'origine, une zone marécageuse, peu attirante ( le Forum ), et fermée par sept collines, une fois assaini et pavé, par les Étrusques, ce lieu deviendra un espace privilégié d'échanges et de commerce très important, ainsi qu'une place forte grâce aux barrières naturelles qui l'entoure.
Rome, deviendra donc trèsrapidement un espace attractif ( A ), ou aura lieu la naissance, d'une conception complètement nouvelle de la citoyenneté ( B ).

A) Un site attractif

« Pour défendre sa position stratégique, Rome a besoin de forces », énonce l'auteur à la ligne 1. Ici, deux points très importants sont à dégager.
Tout d'abord, il est fait allusion à la position stratégique de Rome, ce n'est pas anodin. En effetRome, est un site réellement attractif, pour l'époque, car Rome est sur la route qui relie l'Eturie à l'Italie du sud, route utilisée par le commerce étrusque. Par ailleurs grâce à l'île tibérine, c'est, le passage le plus proche de la mer pour les exportations vers l'Italie du sud et la Grèce. Le marché romain aménagé par les Étrusques est donc un carrefour commercial très important, commel'auteur le mentionne à la ligne 2.D'autre part ce terme de « position stratégique », peut aussi faire penser au fait que Rome soit enclavé entre sept collines, l'Aventin, le Caelius, le Capitole, l'Esquilin, le Palatin, le Quirinal, le Viminal, faisant d'elle une forteresse naturelle, difficilement prenable ce qui est un atout militaire en cas d'attaque d'une cité rivale. Cet aspect de refuge sure...