Commentaire sur la poème d'apollinaire, "la cuillette".

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1765 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Guillaume APOLLINAIRE « La cueillette »


Introduction

• Poète du tout début du XX ème siècle, Guillaume Apollinaire est marqué à la fois par les idées du courant symboliste de ses prédécesseurs (Verlaine, Mallarmé) ou par celles du courant surréaliste qui va dominer le début du XX ème siècle. Il est aussi un poète novateur comme le révèle son recueil Calligrammes qui contientdes textes dont la disposition graphique forme un dessin.

• « La cueillette » est issu du recueil Il y a, il s’agit d’une publication posthume de poèmes de jeunesse inédits.

• A première vue, il s’agit d’un poème reprenant le thème classique de l’amour et celui de la fuite du temps rendu sensible par une métaphore naturelle.

• Pourtant l’étude de l’évolution dela scène, du rôle du poète met en évidence l’originalité de l’inspiration.

Lecture

« La cueillette » extrait du recueil Il y a.

Nous vînmes au jardin fleuri pour la cueillette.
Belle, sais-tu combien de fleurs, de roses-thé,
Roses pâles d'amour qui couronnent ta tête,
S'effeuillent chaque été ?

Leurs tiges vont plier au grand vent qui s'élève.
Despétales de rose ont chu dans le chemin.
Ô Belle, cueille-les, puisque nos fleurs de rêve
Se faneront demain !

Mets-les dans une coupe et toutes portes doses,
Alanguis et cruels, songeant aux jours défunts,
Nous verrons l'agonie
Aux râles de parfums.

Le grand jardin est défleuri, mon égoïste,
Les papillons de jour vers d'autres fleurs ont fui,
Et seulsdorénavant viendront au jardin triste
Les papillons de nuit.

Et les fleurs vont mourir dans la chambre profane.
Nos roses tour à tour effeuillent leur douleur.
Belle, sanglote un peu... Chaque fleur qui se fane,
C'est un amour qui meurt !

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

Etude

I/ Les relations entre le cadre et les personnages

1/ Un cadre ouvert

•La scène se déroule dans un « jardin fleuri » (v.1) dans lequel fleurissent de nombreuses « roses » (v. 2, 3, 6) « dans le chemin » (v.6).

• Dans ce cadre ouvert on note la présence d’un couple « nous vînmes au jardin fleuri » (v.1). L’union apparente de ce couple en promenade se traduit par les « roses qui couronnent ta tête » : les roses rehaussent la beauté de la femme et lui donnentmême un caractère royal.

• La légèreté du son [i] dans le vers 1 donne une impression de gaîté presque polissonne. L’expression du vers 1 « fleuri pour la cueillette » peut faire songer par extension à la « cueillette de l’amour ».

• L’éclat des couleurs est suggéré par le vers 14 : « Les papillons de jour ».

2/ Un cadre ambivalent

• Mais ce cadre ouvert estaussi un lieu ambivalent. En effet on peut relever des signes négatifs.

• Le poète utilise aussi des couleurs assombries comme dans l’expression « roses thé » (vers 2) qui désigne un jaune brun. Les « roses pâles d’amour » du vers 3 connotent un affadissement, un épuisement qui est parallèle à celui des deux amoureux « alanguis » (vers 10).

• Apollinaire souligne aussil’intrusion de la violence dans ce décor. Au vers 5 le « grand vent [...] s'élève » : l’allitération en [v] traduit le martèlement, l’acharnement du vent. Cet acharnement du vent est parallèle au couple qui se déchire (« cruels » vers 10) mais aussi aux « tiges [qui] vont plier » (vers 5).

• Enfin, l’auteur met aussi l’accent sur le vide : il s’agit d’un « grand jardin » (vers 13) car privé dela vie des fleurs. C’est pourquoi au vers 15, Apollinaire personnifie le même jardin en le qualifiant de « triste ». Parallèlement « Les papillons de nuit » (vers 16) liés au noir et à la nuit « seuls dorénavant viendront au jardin triste » (vers 15).

2/ Un cadre fermé

• Ce poème comporte un second cadre : la chambre.

• L’expression du vers 9 « toutes portes doses »...