Commentaire sur le discours des sciences et des arts de jean-jacques rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1511 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
En Europe, dans les années 1700, un mouvement philosophique fit son apparition. Le Siècle des lumières a été une époque charnière pour la philosophie, regroupant différents courants de pensée et plusieurs acteurs historiques importants. Un de ceux-ci, Jean-Jacques Rousseau, a laissé sa trace de façon marquée avec son Discours sur les sciences et les arts. Ce commentaire, basé sur cet ouvrage deRousseau, sera divisé en trois parties pour le développement. Premièrement, l’œuvre sera présentée en montrant les liens avec le cours de philosophie. Ensuite, il y aura un résumé de la position de l’auteur par rapport au rétablissement des sciences et des arts ainsi qu’une élaboration d’un thème parmi les trois choix disponibles. Troisièmement suivra ma prise de position justifiée par rapport aumême sujet.
Présentation de l’auteur et de l’oeuvre
Né le 28 juin 1712, Rousseau est originaire de la République de Genève. À l’âge de 33 ans, il rencontre Denis Diderot, écrivain et philosophe français, très cultivé et au grand sens critique. Ce dernier aura une certaine influence sur Rousseau. Jean-Jacques se met alors à écrire des billets sur la musique dans l’Encyclopédie, ouvrage majeur duXVIIIe siècle alors régi par Diderot et D’Alembert. En 1762, certains de ses ouvrages seront désapprouvés et censurés par le Parlement de Paris. Afin de s’innocenter, il décide alors d’écrire son autobiographie. En 1770, après avoir vécu à plusieurs endroits, Rousseau retourne à Paris en tant que copiste de musique. Il sera retrouvé mort le 2 juillet 1778 à l’âge de 66 ans. Au moment de laRévolution française en 1794, son corps est envoyé au Panthéon, célèbre église de Paris à l’époque.
Paru en 1750, le Discours sur les arts et les sciences est une des plus importantes œuvres que Rousseau ait pu produire. C’est en fait celle qui lui a permis d’être connu du public. Ce texte remporta d’ailleurs la première place au concours de l’Académie de Dijon de 1750. Ce concours exigeait une réponse àla question suivante : «Est-ce que le rétablissement des sciences et des arts a contribué à épurer les mœurs? » C’est en deux parties que Jean-Jacques Rousseau propose une diatribe (genre littéraire antique où des dialogues moraux prennent une forme polémique et violente) dénonçant les arts et les sciences, alors que non seulement ils ne contribuent pas à épurer les mœurs, mais ils éloignent leshommes de la vertu.




Élaboration du thème
Les consignes de l’exercice exigent l’élaboration d’un de ces trois thèmes :
• Le progrès de l’humanité
• L’humain dans son état de nature, avant la civilisation
• L’humain dans son état civilisé
En faisant la lecture du texte, le thème qui m’a le plus interpelé est le premier, Le progrès de l’humanité. Je vois en ce thème le passage qu’il ya entre l’état de nature et l’état civilisé de l’humain.
Dans la première partie du discours, une grande section du texte est consacrée à des exemples d’antécédents historiques qui montrent que les sciences et les arts auraient causé l’imposture urbaine, la dégradation des mœurs ainsi que l’amollissement des hommes. En effet, chacun des exemples énumérés montre des peuples sains et vertueux àl’origine, qui ont été envahis par les arts et les sciences.
Parmi les exemples, on retrouve premièrement l’Égypte, qui étant cette « première école de l’univers », est devenue « la mère de la Philosophie et des beaux-arts » et la conquête de plusieurs peuples.
Il est ensuite question de la Grèce, à l’origine « peuplée de héros », qui a connu «le progrès des arts et la dissolution des mœurs » pourne plus jamais pouvoir «ranimer un corps que le luxe et les arts avaient énervé ».
Rome, qui est devenue « le théâtre du crime, l’opprobre des nations et le jouet des barbares » après avoir été « le temple de la vertu ».
Constantinople, originalement « la métropole de l’empire d’Orient », où « la trahison, les assassinats et les poisons de plus noirs […] forment dorénavant le tissu de...
tracking img