Commentaire sur le misanthrope, acte iii, scène 4, vv. 961-1000, de molière

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (819 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ARSINOÉ

À quoi qu’en reprenant on soit assujettie,
Je ne m’attendais pas à cette repartie,
Madame, et je vois bien, par ce qu’elle a d’aigreur,
Que mon sincère avis vous ablessée au cœur.

CÉLIMÈNE

Au contraire, Madame ; et si l’on était sage,
Ces avis mutuels seraient mis en usage :
On détruirait par là, traitant de bonne foi1,
Ce grandaveuglement où chacun est pour soi.
Il ne tiendra qu’à vous qu’avec le même zèle
Nous ne continuions cet office fidèle [sens : vérité qu’on dit aux amis],
Et ne prenions grand soin de nous dire,entre nous,
Ce que nous entendrons, vous de moi, moi de vous.

ARSINOÉ

Ah ! Madame, de vous je ne puis rien entendre :
C’est en moi que l’on peut trouver fort à reprendre.CÉLIMÈNE

Madame, on peut, je crois, louer et blâmer tout,
Et chacun a raison suivant l’âge ou le goût.
Il est une saison pour la galanterie ;
Il en est une aussi propre à lapruderie.
On peut, par politique, en prendre le parti,
Quand de nos jeunes ans l’éclat est amorti :
Cela sert à couvrir de fâcheuses disgrâces2.
Je ne dis pas qu’un jour je ne suivevos traces :
L’âge amènera tout, et ce n’est pas le temps,
Madame, comme on sait, d’être prude à vingt ans.

ARSINOÉ

Certes, vous vous targuez d’un bien faible avantage,Et vous faites sonner terriblement votre âge.
Ce que de plus que vous on en pourrait avoir
N’est pas un si grand cas pour s’en tant prévaloir;
Et je ne sais pourquoi votre âme ainsis’emporte,
Madame, à me pousser3 de cette étrange sorte.

CÉLIMÈNE

Et moi, je ne sais pas, Madame, aussi pourquoi
On vous voit, en tous lieux, vous déchaîner sur moi.
Faut-il devos chagrins, sans cesse, à moi vous prendre ?
Et puis-je mais4 des soins qu’on ne va pas vous rendre ?
Si ma personne aux gens inspire de l’amour,
Et si l’on continue à m’offrir...
tracking img