Commentaire sur le roman de corinne chevallier la petite fille du tassili

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1716 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Petite fille du Tassili, un roman de Corinne Chevalier édité en 2001, aux Éditions Casbah.
L’histoire fait intervenir le passé lointain du Tassili, qui, il y a des milliers d’années était une terre fertile, où les hommes préhistoriques chassaient, et vivaient en toute commodité dans un climat tempéré.

Un Sahara couvert de lacs

Ce néolithique saharien retrouve ses traces dans despeintures rupestres qui témoignent du passé de cette terre. Des figures de personnages, des représentations de scènes de chasse, de guerre y sont figurées, à travers des dessins bien précis, parfois étranges… « Sahara veut dire désert ! A l’âge de pierre il n’y avait ici ni désert, ni chameaux. Le Tassili était boisé, couvert de lacs et de rivières. Les pluies arrosaient les prairies ; les hommesélevaient des bœufs et chassaient l’antilope. »

Le décor du Tassili et la fiction

L’histoire laisse alors place à une description précise et détaillée des étendues désertiques (le sable, le soleil implacable, les palmiers, les chameaux, les rochers, les dunes de sable) l’auteur entreprend de charmer son lecteur par l’incroyable magie du désert. Cette description correspond à des fragmentsdescriptifs intégrés à la narration, en employant de nombreux adjectifs (« courbes douces », « couleurs ocres »), des verbes d’état (« semblait », « était »…etc.), des locutions appartenant au vocabulaire spatial et temporel (« au sommet », « pour l’instant »).

Le narrateur, extradiégétique, parcours du regard les touristes installés dans l’avion pour leur départ à Djanet ; et comme unecaméra qui défile, il nous fait un compte rendu de tout ce qu’il voit, puis l’interprète. Le récit commence par une focalisation externe, qui n’offre que des informations superflues au lecteur, puis prend l’attitude d’un narrateur omniscient, et se faufile dans l’état d’âme de chacun des personnages, pour faire part au lecteur, de leur statut psychologique. On découvre à fur et à mesure que le récit sedéploie sous nos yeux les différentes ambitions qui ont menés les personnages à accomplir ce voyage en tant que touristes. Ainsi le professeur Miloud veut trouver au Tassili le silence et la paix. Quant à sa nièce Amel, elle le suit dans ce voyage touristique sans trop savoir pourquoi, si ce n’est l’envie de changer d’air. Rachid, le compagnon du professeur y cherche quelques aspirations etclichés pour ses courts-métrages en Afrique, il pousse son compagnon Stéphane à l’accompagner, afin qu’il apprenne à changer ses habitudes. Monsieur et Madame Catalope sont botanistes, et veulent étudier la flore saharienne. Quant au couple Giacomo, leur désir est de voyager dans n’apport quel endroit du monde. Jessie rêve de recopier quelques dessins rupestres.
Ce qui est à remarquer en ce quiconcerne ces personnages arrivés au Sahara par des intentions différentes, c’est qu’à la fin de l’histoire, ils se retrouvent tous ensorcelés par le charme du désert. Le Tassili a instauré en eux la sérénité, la rêverie, le songe, et l’oubli de la pesanteur qui règne dans les villes. « Calme doré, nuits rutilantes », c’est avec une nostalgie partagée, et une lourde mélancolie qu’ils rentrent devoyage.

Le narrateur dresse à travers ces éléments un décor parfaitement réaliste à son histoire. En plus de cela, on sait que le voyage va durer environ huit jours, et que les lieux à parcourir s’étendent dans le territoire des Ajjer du Tassili.

Un personnage étrange

Dès que l’avion eut atterri, les touristes retrouvent leurs guides qui les attendent, avec un personnage mystérieux,une certaine Alice Guignon, arrivée de Tamanrasset, voulant faire le même voyage, et donc se retrouve à leur compagnie. Cependant, c’est à partir de ce point là, que l’ambiguïté du récit s’instaure. Le narrateur prend du recul vis-à-vis d’Alice, il ne veut pas la présenter à son lecteur, il ne déclare pas son identité. D’où naisse une certaine intrigue. Qui est cette femme ? Qu’est ce qu’elle...
tracking img