Commentaire sur le roman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (854 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
NB : Le roman est souvent considéré comme le genre de l’aventure. Cependant, dès son apparition, est vu une forme mineure de l’épopée et il est très longtemps méptisé => quête de légitimité.
Sartre: « Nous ne voulons pas avoir honte d’écrire et nous n’avons pas envie de parler pour ne rien dire (…) nous voulons que l’écrivain embrasse étroitement son époque «
Cf. def de stendhal, « unroman c’est un miroir que l’on promene le long du chemin « Réalisme : miroir reflète la société, photographie.
I – la volonter de dire la réalité à travers le roman
Cf. definition de stendhal « unroman ..
A – Réalisme et naturalisme
Les romanciers français sont très influencés pas Walter Scott => vogue du roman historique qui distrait et instruit . « La voie du roman » est ouverte.
Evoquerla comédie humaine : roman total qui veut concurrencer l’Etat civil + projet de faire une étude des mœurs => Balzac veut dépasser ce rôle de « secrétaire de la société » qui note tout, de simpleconteur, il se veut philosophe et penseur du politique. Cf. la fonction romanesque du « type ».
Pour le romancier naturaliste, il s’agit de faire se mouvoir ses personnages placés dans une histoireparticulière et de vérifer que la succession des faits est confirme au déterministe. Zola : décrire « l’histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire » et souligner le determinisme de laphysiologie, des milieux et des circonstances. Le naturalisme : Observe kles conditions d’existence des ouvriers, des paysans, des mineurs.
B-Roman qui evoque la réalité qui la peignennt
• Lesromanciers qui veulent décrire la réalité s’attachent donc à bien situer leur histoire dans un cadre, dans une temporalité..
• Nom de villes, observation minutieuse des milieux sociaux. Ex : l’educationsentimentale > villes réelles notations des noms de rue ..
• Réalité economique et sociale du 19e siecle décrit par l’évocation de sommes concrètes > Cf. les préoccupations financieres du père...
tracking img