Commentaire sur montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1836 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
MONTAIGNE, Essais, Chapitre XXVI, « De l’institution des enfants ».

Qu’il lui fasse tout absorber et n’en conserve rien dans sa tête, simplement à titre d’autorité (joue sur son statut de précepteur) et de confiance (sans vérification). Les principes d’Aristote ne doivent pas être pour lui des principes, pas plus que ceux des Stoïciens ou des Epicuriens. Si on lui propose cette diversité dejugement : il choisira peut-être, ou bien il restera dans le doute. Il n’y a que les fous pour être certains et résolus.
« Non moins que savoir, douter m’est agréable ».
Car s’il embrasse les opinions de Xénophon et de Platon par son propre discours, ce ne sont plus les leurs mais les siennes. Celui qui suit un autre ne suit rien. Il ne trouve rien, voire il ne cherche rien. « Nous ne vivons passous un roi ; que chacun dispose de soi même ». Qu’il sache qu’il sait au moins. Il faut qu’il s’imprègne de leurs états d’esprit, non qu’il apprenne leurs préceptes. Et il faut aussi qu’il oublie, s’il veut, d’où il les tient, mais qu’il sache se les approprier. La vérité et la raison sont communes à tous, elles ne sont pas plus à celui qui les a dites premièrement qu’à celui qui les dit après.C’est n’est pas plus selon Platon que selon moi puisque nous comprenons et voyons de même. Les abeilles butinent de-ci-delà des fleurs, et elles en font après le miel qui est tout à elles ; ce n’est plus du thym ni de la marjolaine : ainsi il transformera et confondra les pièces empruntées à autrui pour en faire son propre ouvrage, c’est à dire son jugement. Son éducation, son travail d’étude ne visequ’à former ce jugement.
Qu’il cache tout ce à quoi il a eu recours, et ne dévoile que ce qu’il en a fait. Les butineurs, ceux qui empruntent, mettent en avant leur construction, leurs achats, et pas ce qu’ils tirent d’autrui. Vous ne voyez pas les rémunérations d’un homme de parlement, vous voyez les alliances qu’il a obtenues et les honneurs pour ses enfants. Nul ne rend publique le compte desa recette, chacun rend public celui de ses acquisitions.
Le gain de notre étude, c’est d’en devenir meilleur et plus sage.

Comment Montaigne s’inscrit t-il dans ce qu’il dénonce dans son texte et en même temps s’en détache ?

Avec ses Essais, Michel de Montaigne a révolutionné l’écriture de son siècle. Il s’est livré tout entier dans sa création, faisant preuve d’une grandesincérité. Le passage qui nous est proposé est tiré du chapitre XXVI (livre I) intitulé : « De l’institution des enfants ». L’auteur s’adresse à Diane de Foix, enceinte à ce moment là : il lui donne ses conseils concernant l’éducation du petit garçon à venir.
Montaigne réfute ici l’argument d’autorité : il faut réfléchir par soi même, se faire ses propres opinions ! Or, on ne peut queremarquer son goût pour les citations empruntées ! N’entre-t-il pas en contradiction avec ce qu’il préconise ?
Nous allons donc nous demander comment à la fois Montaigne s’inscrit-il dans ce qu’il dénonce et s’en détache.
En premier lieu, nous analyserons sa conception de l’éducation des enfants et sa dimension intemporelle ; puis nous verrons en second lieu qu’il s’inscrit dans sa pédagogie d’unemanière toute autre que celle que nous aurions pu imaginer.

I – La conception de Montaigne sur l’éducation des enfants et sa dimension intemporelle

Nous sommes face à un texte qui, au premier abord, semble quasiment exempt de connecteurs logiques (seuls sont notables le « car », l.8, et « ainsi », l.22). Mais quand on se penche avec plus d’attention sur le passage, on se rend compte que lediscours est construit et le développement argumenté : à aucun moment nous ne sommes en mesure de voir une rupture entre deux paragraphes. Montaigne suit un fil logique, et même si on ne peut relever de connecteurs on les devine clairement. C’est d’ailleurs tout à fait volontaire de sa part puisqu’il considérait son œuvre comme un corps dont le lecteur ne devait pas voir les articulations...
tracking img