Commentaire sur saint amant "assis sur un fagot "

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2069 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Vivre sans boire, c’est mourir, et boire en mourant c’est revivre » dit Marc-Antoine Girard de Saint-Amant. On voit bien ici la pensée libertine du XVIIe du poète. Il affirme en effet l’autonomie morale de l’homme face à l’autorité religieuse. Saint-Amant est un poète libertin ayant expérimenté plusieurs genres de poésie (ode, satire, idylle héroïque). Il écrit le recueil Œuvres Poétiques en1629 dans lequel se trouve le sonnet « Le fumeur » .Ce sonnet se découpe en sa forme classique, quatre mouvements qui sont deux quatrains et deux tercets : la peine du poète, son espoir, sa descente à la réalité et sa thèse.
Nous nous demanderons comment à travers son sonnet, Saint-Amant nous montre-t-il l’inconstance de la vie ?
ANNONCE DU PLAN


« Parce que la forme est contraignante,l’idée jaillit plus intense. Tout va bien au sonnet : la bouffonnerie, la galanterie, la passion, la rêverie, la méditation philosophique. Il y a là la beauté du métal et du minerai bien travaillés » écrivait Baudelaire dans sa Lettre à A. Fraisse en février 1860. Et Saint-Amant a justement choisi d’utiliser le sonnet comme outil de progression de sa pensée. Le sonnet est une forme de poèmecomptant quatorze vers dont la répartition typographique peut varier. Dans son poème, saint-Amant préfère l’alexandrins de rimes riches ABBA ABBA CCD EED. « Le Fumeur » est un poème lyrique. Le lyrisme étant l’expression d’une émotion personnelle intense, la poésie lyrique traite des sentiments du poète On observe en effet les marques de la première personne du singulier avec la double occurrence dupronom personnel « je » aux vers 4 et 12 et les cinq apparitions du pronom clitique me aux vers 5, 6, 7, 8 et 10 ainsi que les déterminants possessifs »mon » et « ma » aux vers 4 et 6. Ce lyrisme donne au lecteur un effet de proximité avec le poète. Il est au cœur de sa pensée, de ses sentiments. Cela crée un effet de réel. Et le lecteur adhère plus facilement à la pensée de Saint-Amant. C’est unprocédé habile de persuasion.
Le premier quatrain est la situation initiale, le contexte. Le poète est assis sur un fagot fumant accoudé contre une cheminée et songe à son sort. Dans cette réalité, c’est un poète en souffrance. Et cette souffrance est exprimé le champ lexical de la peine. (v .2) « Tristement » ,(v.3) »les yeux fixés vers terre » , « l’âme mutinée » et (v.4) « cruautés de mon sortinhumain ». On peut relier cet atmosphère à l’atmosphère pathétique car c’est un moyen pour l’auteur de crée la compassion chez le lecteur de le toucher. Le lecteur, s’identifie, comprend ou compatit aux sentiments du poète. Le deuxième quatrain est l’élévation du poète. Il est élevé par l’espoir. C’est la montée, l’illusion de celui-ci. Pour se faire, le poète fait une personnification de l’espoir.Il lui donne des qualités humaines qui sont qu’il le (v.5) remet du jour au lendemain » (v.6) « essaie à gagner temps sur ma peine » , (v.7) « me venant promettre une autre destinée » (v.8) »me fait monter plus haut qu’un empereur romain ». Cette personnification fait de l’espoir le sujet et de Saint-Amant l’objet soumis aux volontés de cet espoir. En effet, on remarque que le poète est expriméseulement par la forme du pronom clitique du pronom de première personne avec la triple occurrence de « me » aux vers 5, 7 et 8.. Et la personnification de celui-ci est renforcé par le champ lexical du même substantif, (v.5) « l’espoir », (v.6) « essaye » et (v.7) « me venant promettre ». L’espoir le domine. Ile le domine tellement que le quatrain s’achève sur une hyperbole. (v.8) L’espoir « mefait monter plus haut qu’un empereur romain. » Il exprime ici l’intensité, la hauteur de sa montée d’esprit dans l’illusion, il n’est plus dans la réalité. L’espoir est pour lui élévateur. Cette montée est la première chute du sonnet, c’est la fin des deux premiers quatrains.
Du premier au deuxième quatrain, le poète passe de la souffrance à l’espoir et l’antithèse des deux suivants montre...
tracking img