Commentaire sur l'extrait levez-vous vite orage désires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (407 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé sur l’extrait <<Levez-vous vite, orages désirés...>>

Suite a la révolution française, on définit le 19e part l’exile des aristocrates. Parmi les aristocratesexile on pouvait nommer François René de Chateaubriand écrivain du roman René en 1802 en Angleterre. J’ai pu déduire, que le héro du roman souffrait d’un grand mal de vivre romantique, en autre grâce al’extrait que j’ai étudié qui s’intitule "Levez-vous vite, orages désirés...". Le héro vivra des instabilités émotionnelles ainsi que le vide existentiel et ka façon dont il aura recours à la naturepour s’exprimer.
Tout d’abord j’ai pu constater que René vivait des haut et des bas très extrême en ce qui concerné ses émotions. On peut trouver une perte de logique dans le dans les penser du héro.L’opposition ‘’  "J'entrai avec ravissement dans le mois des tempêtes"  démontre bien la contradiction qu’éprouve René. Il a aussi tendance à avoir deux idées bien différentes en tête comme parexemple ("Tantôt j'aurais voulu être un de ces guerriers errant (...), Tantôt j'enviais jusqu'au sort du pâtre que je voyais réchauffer ses mains à l'humble feu de broussailles (...) cette extrait memontre aussi l’incohérence émotive de René. Nous pouvons presque dire qu’il commence à perdre raison.
Par la suite on peut tres bien voir dans l’extrait que René et plus souvent déprimer qu’heureux. Ce sipeut se déduire en autres grâce aux champs d’émotions négatives que l’on trouve dans le texte par exemple ("mélancoliques", "triste", "soupirs", "tourmenté", etc.). René revient souvent à lafragilité de la nature humaine pour exprimer ses sentiments " Notre cœur est un instrument incomplet, une lyre où il manque des cordes". Il est complètement anéanti par les émotions négatives qui l’envahie.Ces émotions semble avoir prit le dessus.
Nous pouvons donc dire en conclusion que le mal de vivre éprouver dans l’extrait de René n’est que un parmi d’autre survenu dans la génération du romantisme...
tracking img