Commentaire sur l'incipit de bel-ami

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (533 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Au XIXème siècle, l’écrivain réaliste se doit de représenter le plus fidèlement possible, sans la modifier ni l’idéaliser. Guy de Maupassant, c’est ainsi illustrer dans ce domaine, notamment dansBel-Ami (1883). Dans l’incipit de ce roman, nous verrons comment Maupassant raconte l’ascension sociale d’un jeune homme à Paris. Nous étudierons dans un premier temps, ce début de roman réaliste quiprésente un « milieu » situé dans l’espace et le temps. Puis dans un second temps nous verrons la présentation du personnage et l’annonce de ses aventures.

L’incipit du roman est dit « in media res »,c'est-à-dire, le commencement d’un texte quand les personnages sont déjà en action. En effet ici, la 1ère phrase nous dit qu’une caissière rend de la monnaie au héros. Ce début de roman réalisteprésente un « milieu » situé dans l’espace et le temps.
Tout d’abord, dans l’espace, avec la marche du héros dans différents lieux : il « sortit du restaurant » puis une fois « sur le trottoir » il « semit à descendre la rue Notre-Dame-de-Lorette ». Egalement l’évocation du temps, avec des indications de lieu et de temps : « lorsqu’il fut » ; « un instant » ; « 28 juin » ; « Notre-Dame-de-Lorette » ;« Paris ».
Cet extrait nous évoque également une atmosphère d’été nocturne : « soirées d’été où l’air manque dans paris ». Et ceci, de par l’amplification des sensations du héros : la chaleur « chaudecomme une étuve » et l’odeur : « haleines empestées ».
Pour finir dans cette partie, nous voyons clairement que l’auteur fait ici une description réaliste de Paris, tel que cette ville l’était auXIXème siècle. D’une part l’évocation des « bourgeoises avec leurs maris » représentant la capitale, comme une ville comportant des gens riches, proies faciles à la consommation. L’auteur nous la décritcomme une « rue pleine de monde » avec l’évocation des « les concierges […] sous les portes cochères ».
Paris, ville de la soif et du plaisir, est la toile de fond où s’inscrit le portrait d’un...
tracking img