Commentaire texte david myers

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1011 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
David G. Myers est professeur de psychologie à Hope College dans le Michigan. Il est l’auteur de nombreux ouvrages en psychosociologie. Il nous propose, au travers du texte à étudier, sa définition de la nature humaine.
« Quelles que soient nos différences, nous sommes les feuilles d’un même arbre. Nous les membres de la famille humaine partageons non seulement un héritage biologique commun(coupez-nous et nous saignons) mais également des tendances de comportement communes ». Par cette affirmation David G. Myers fait ressurgir l’éternel débat entre l’inné et l’acquis. Pour lui, le comportement humain est inné, à savoir contenu dans notre code génétique et transmis par la seule hérédité biologique. Il est également naturel, puisqu’il appartient en propre à l’être humain, considérant la« nature humaine » en opposition avec la « nature animale ». D’emblée, il prend une position « innéiste ».
Lorsqu’il affirme : « Notre architecture cérébrale commune nous dispose à ressentir le monde, à développer un langage et à éprouver la faim par l’intermédiaire des mêmes mécanismes », il fait référence au cerveau humain, suggérant ainsi que le comportement de l’individu soit l’expression deprogrammes sous la dépendance du système nerveux. Il définit ainsi le cerveau de l’homme comme étant à la base de nos comportements, mais en omettant de préciser que nos comportements dépendront également des déterminismes physiques qui les sous-tendent (à savoir que notre corps est organisé autour des contraintes physiques telles que le squelette, les muscles, les viscères, les nerfs, etc).
Ils’agit dans son analyse de tenir compte du fait que tout être humain dispose de trois cerveaux qui lui permettent de répondre aux stimuli de son environnement. Il évoque successivement la partie néocorticale qui nous permet de « ressentir le monde », le cerveau limbique qui nous permet de « développer un langage » et le cerveau reptilien (primitif) qui nous permet « d’éprouver la faim ».
Et il vaplus loin en évoquant des conduites communes à l’espèce humaine voire stéréotypées en citant: « Venant d’extrémités opposées du globe, nous savons comment lire les sourires et les froncements de sourcils d’un étranger ». Dans ce cadre, il s’agit pour David G. Myers de transposer la théorie d’Eibl-Eibesfeldt, éthologiste disciple de Lorentz, théorie selon laquelle il existe chez l’homme de nombreuxcomportements instinctifs et des schémas moteurs innés concernant l’expression du visage.
« Que notre nom de famille…..nous avons peur des étrangers à partir de l’âge de 8 mois et à l’âge adulte nous préférons la compagnie d’individus dont les attitudes et les attributs sont semblables aux nôtres ».
Pour lui, malgré le fait que nous ne soyons pas du même pays et donc de la même culture, lescomportements de l’être humain sont universels.
Et il renchérit par « indépendamment de notre culture ou de notre sexe…nous considérons les caractéristiques féminines signifiant jeunesse et santé - et potentiel reproducteur – comme attractives ».
Il a une approche « transculturelle » de la psychologie. En effet, pour lui la culture de l’individu n’a aucune incidence sur ses capacités à secomporter. Il met la culture sur le même plan que n’importe quelle autre variable indépendante comme l’âge, le sexe ou le statut professionnel.
Par ailleurs, David G. Myers conforte sa position « innéiste » en accordant peu d’importance à l’action du milieu. Au même titre que Weissman, pour lui le milieu ne constitue pas le point de départ de l’être vivant.
Ainsi, il déclare : « Que nous vivionsdans les terres arctiques ou sous les tropiques,
nous préférons les goûts sucrés au goûts amers…et protègent notre descendance ».
L’auteur fait référence aux motivations qui vont conduire l’individu à avoir tel ou tel comportement face aux stimuli endogènes. Il s’agit d’expliquer qu’un mécanisme inné sera déclenché par un stimulus approprié. Ainsi le sucre sera source d’attirance...
tracking img