Commentaire texte hume sur l'entendement humain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1525 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
vais m'appuyer sur l'Enquête sur l'entendement humain pour formuler l'empirisme propre à Hume [*]. Il me faut tout d'abord dire deux mots sur la forme adoptée par Hume pour ce texte : l'enquête.
Ce choix de Hume est certainement une conséquence du peu de succès recueilli par le Traité de la nature humaine, sorti auparavant, et qui n'a pas rempli les espérances du philosophe. L'enquête se veutproche du dialogue, et quitte "cette manière lugubre d'étudier en reclus" propre au Traité pour "cette liberté et cette facilité de pensée et d'expression que seule peut donner la conversation". Nous n'avons pourtant pas affaire là à un dialogue de type socratique, mais à une enquête dans laquelle Hume tient un discours, où il se questionne et avance des arguments, avance ceux qui lui peuvent êtreopposés, donnant au lecteur les clefs de compréhension de la progression de sa pensée. Et de fait, la lecture de ce livre est relativement aisée, puisqu'elle est proposée à l'étude aux étudiants francophones directement en langue anglaise.

La méthode humienne

Est-il besoin de préciser que Hume est un représentant de l'école empiriste ? L'expérience est le fondement même de nos idées, cequi fait dire à Hume que :

"là où il n'y a pas d'expérience, il n'y a pas d'idée"
(section VII)
On comprend mieux en énonçant cette idée fondamentale le problème que cela peut poser dans une problématique liée à la nature humaine. Hume va dès lors s'intéresser de plus près à une "philosophie de la nature", laissant de côté la métaphysique et la philosophie morale, en bon continuateur de Newton(section I). Il va reprendre de Newton une conception de la science qui part de l'expérience pour énoncer des lois. L'ambition pour Hume est de dépasser le clivage entre philosophie morale et métaphysique en remontant au principes premiers à partir de l'expérience, car il semble évident dans une optique newtonienne que les principes premiers nous échappent.

Pour commencer, il est nécessaired'organiser les moyens de la connaissance dans une "géographie mentale" (section I), afin de comprendre comment nous percevons et traitons par nos idées et nos sens, les données de l'expérience. Mais nous n'avons d'autres moyens pour ce faire que de partir de l'expérience, encore une fois, et d'analyser méthodiquement comment nous réagissons dans différents cas, sans nous départir de notrescepticisme. Hume ne parle pas d'un scepticisme radical, mais d'un scepticisme sur nos moyens de connaissances. Ainsi il ne va pas jusqu'à nier la réalité du monde et dire que seules nos idées existent.

L'origine des idées

Hume établit une distinction claire entre la sensation et la pensée : la première est vive et immédiate, la seconde est moins vive et médiate :

"Toutes les couleurs de lapoésie, malgré leurs splendeurs, ne peuvent jamais peindre les objets naturels d'une telle manière qu'on prenne la description pour le paysage réel. La pensée la plus vive est encore inférieure à la sensation la plus terne."

Deux classes de perception de l'esprit se dégagent de cette constatation:

1) Les idées ou pensées, qui sont les moins fortes et les moins vives
2) Les impressions, quisont "nos plus vives perceptions quand nous entendons, voyons, touchons, aimons, haïssons, désirons ou voulons." (section II)

Hume réduit considérablement la force de l'imagination, puisqu'il s'agit pour lui de jouer sur des idées (les idées sont des copies de nos impressions) tirées de nos impressions, et qui ne sont finalement pas en si grand nombre. Mais il ne nous propose pas d'argumentirréfutable : il nous propose plutôt de trouver l'exemple qui réfute, car la méthode qu'il emploie n'offre aucune solution autre que d'énumérer tous les cas et d'examiner s'ils sont conformes à la loi que vient d'élaborer Hume.
Il concède tout de même du terrain sur un domaine : celui des couleurs. Mais il est alors tellement chimérique qu'il est aussitôt mis de côté, et je vais en faire de...
tracking img