Commentaire texte leibniz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (292 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cela mène à un élargissement du cogito cartésien, et de la conscience elle-même.
La formule exacte et complète du cogito est :
Prémisses : "Je pense" et "des chosesdiverses sont pensées par moi";
Conclusion : "je suis" et "je suis affecté de différentes manières"
Donc : le monde extérieur m'est donné immédiatement dans le cogito, avecla conscience. Et : le moi n'est pas quelque chose d'abstrait, il se donne avec des qualités.
Explicitation.
Pour Descartes :
 
(1) le cogito seul est vérité première(la variété des pensées n'étant exploitée pour prouver le monde extérieur qu'à la fin des Méditations)
(2) la variété n'intervient alors qu'après le sentiment decontrainte
Pour Leibniz :
Il y a deux vérités générales et premières qui parlent de l'existence des choses :
(1) nous pensons
(2) il y a une grande variété dans nos pensées; etc'est cette deuxième vérité (de fait) première qui est négligée par Descartes.
(3) Or, de celle-ci (=variété), il s'ensuit qu'il y a, hors de moi qui pense, autre choseque moi (cf. "je suis affecté" : renvoie à autre chose que moi).   
(4) en effet, cette variété de pensées ne saurait venir de ce qui pense, car une seule et même chose nesaurait être cause des changements qui sont en elle : la variété des pensées et leur variation exige comme cause une multiplicité agissant sur l'âme pensante, qui est une;la multiplicité est donc bien externe
 Intérêt philosophique :
Soit :
1) discussion sur le rapport que nous avons au monde extérieur, puisque la conséquence est que lesvérités de fait ne sont pas nécessairement trompeuses
2) conscience comme intentionnalité « conscience de qqc »(vise un objet et porte en elle-même son objet pensé)
tracking img