Commentaire utopie thomas more

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4568 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Thomas MORE

L’Utopie

1516.

Time Trieth Truth

(Le temps éprouve la vérité)





PRÉSENTATION

LE TEXTE
Livre second (extraits)

BIBLIOGRAPHIE

ELEMENTS POUR UNE EXPLICATION



Bibliographie. Thomas More, L’Utopie, ou le traité de la meilleure forme de gouvernement, texte latin édité et traduit par Marie Delcourt, Libraire Droz, Genève, 1983 ; Thomas More, L’utopieou le Traité de la meilleure forme de gouvernement, traduction de Marie Delcourt, Présentation et notes par Simone Goyard-Fabre, Paris, Garnier-Flammarion, 1987 ; L’Utopie de Thomas More, Présentation, texte original, apparat critique, exégèse, traduction et notes par André Prévost, Mame, Paris, 1978 ; Sir Thomas More, Utopia, a revised translation, Backgrounds, Criticism, Robert M. Adams, W. W.Norton & Company, 1992 ; Germain March’Hadour, Thomas More, Un homme pour toutes les saisons, Paris, Les éditions ouvrières, 1992 ; Thomas More, Ecrits de prison, précédés de La vie de Sir Thomas More par William Roper, Traduction de l’anglais et introduction de Pierre Leyris, Paris, Seuil, 1953 ; Nicole Morgan, Le sixième continent, L’Utopie de Thomas More, nouvel espace épistémologique, Paris,Vrin, 1995 ; Jean-Michel Ragault, Nulle part et ses environs, Voyage aux confins de l’utopie littéraire classique (1657-1802), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003 ; Raymond Trousson, Voyages aux pays de nulle part, Histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 1975 ; De l’Utopie à l’Uchronie, Formes, Significations, Fonctions, Actes ducolloque d’Erlangen, 16-18 octobre 1986, édités par Hinrich Hudde et Peter Kuon, Gunter Narr Verlag, Tubingen, 1988 ; Schlanger (Judith E.), « Puissance et impuissance de l’imaginaire utopique ». Diogène, Octobre-Décembre 1973, N°84, pp. 3-27 ; Voisé (W.), « L’utopie : le début et la fin », Revue de Synthèse, N° 77-78, Janvier-Juin 1975, Tome CXVI, Albin Michel, pp. 205-211.

Présentation. Né àLondres en 1478, cet helléniste, avocat apprécié et chancelier d’Henri VIII, hésita un moment entre la prêtrise et le laïcat. Il prit pension durant quatre ans (1501-1503) à la Chartreuse de Londres, sous l’autorité de John Colet, pour y tester sa vocation par le jeûne et la prière. Mais, « ne pouvant secouer le désir de prendre femme » (Erasme), il se consacra à la politique, se montrant àl’occasion député courageux. C’est chez More qu’Erasme (qu’il avait rencontré en 1499) termina l’Eloge de la Folie, dont le titre latin, Encomium Moriae, semble jouer sur le nom de l’ami. L’Utopie (1516), éloge de la raison ou de la nature, fut écrite en contrepoint du livre d’Erasme. Catholique intransigeant, More n’admettra pas le schisme anglican et paiera de sa vie son attachement à l’église romaine.Refusant de reconnaître l’Act of Succession qui donnait priorité aux enfants d’Anne Boleyn (la seconde épouse d’Henri VIII qui avait divorcé de Catherine d’Aragon), puis l’Act of Supremacy par lequel le souverain anglais rejetait l’autorité papale, More fut emprisonné à la Tour de Londres, mis au secret, puis décapité le 6 juillet 1635. Canonisé en 1935 par Pie XI, « Thomas More » devint unprénom de baptême dans les pays anglophones et de nombres paroisses, écoles et aumôneries portent aujourd’hui son nom.

L’ouvrage qui le rendit célèbre parut sous des titres différents : Traité de la meilleure forme de gouvernement, Livre d’or, « Discours du très sage Raphaël Hythlodée sur la meilleure forme de gouvernement », ou encore, Utopie ou le meilleur état de la République, « L’îlenouvellement découverte d’Utopie, opuscule précieux, non moins salutaire qu’amusant ». < Pour des précisions sur cet aspect de la question, cf. J.Y. Lacroix, L’Utopie, Bordas, 1994, pp. 58-60.> L’ouvrage paraîtra à Louvain et à Paris. Il ne sera pas édité une seule fois en Angleterre au XVI° siècle (et Henri VIII ne l’a sans doute pas lu). Il faut attendre 1684 pour que le texte du « papiste » soit...
tracking img