Commentaire, verlaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (540 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire

Introduction :
Paul Verlaine « Chanson d’automne »
Paul Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. (19ème siècle)
Œuvres : «Poèmes Saturniens », « Fêtes Galantes », « Les poètes maudits ».
Rythme : Poème originale car il y a un rythme « 4/3/3 » qui sous-tend le poème. Utilisation de vers courts, rares en poésie. (v.1 : « Lessanglots longs », v.2 : « Des violons ») le poème est composé de 3 sizains. Le 3eme vers chaque strophe présente un décalage. Les 2 premiers vers des sizains sont en rime suivie tandis que lessuivants sont en rime embrassé. Dans ce poème, Verlaine prend liberté avec la disposition des rimes à travers les strophes.
→ Impression de chanson. Vocabulaire simple comme celui d’une chanson.

I ) Lethème de l’automne.
Ce poème fait penser au mouvement romantique entre l’automne et la nature. Il est aussi associé à la mort. Verlaine reprend un vers courant, ce qui est nouveau. C’est sa façon detraiter l’écriture poétique. L'automne devient un paysage, un lien s'établit entre la saison avant la fin de l'année et la période qui annonce la fin d'une vie. « Feuilles morte » en rapport avec lanature. Le poème présente une allitération en « l » comme le montre les mots : « les sanglots long des violons de l’automne blesse mon cœur d’une langueur monotone. », qui signifie la lenteur. Il y aune assonance en « o » comme le montre : « les sanglots long des violons de l’automne blesse mon cœur d’une langueur monotone ». Le poème présente un rejet dans le vers «  tout suffocant et blême.. » etau 2 derniers vers, 17 et 18 : « pareil à la feuille morte ».
2) La souffrance du poète
Le poème a pour thème la souffrance. Le poète parvient à faire entendre une plainte dans le rythme et lessonorités. La diérèse a pour rôle d’allonger le mot « violon ». Le poète se présente sous une métonymie. La langueur, fais penser à un abattement et à la tristesse. La souffrance morale du poète se...
tracking img