Commentaire voltaire la torture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1518 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dictionnaire philosophique
Article « Torture »
Voltaire

Voltaire est essentiellement connu pour ses pièces de théâtre où il critique les mœurs par le rire (« castigat ridendo mores »). Sa devise est de dénoncer les fanatismes qui peuvent se présenter. Mais Voltaire est aussi un historien, il développe : « Petite cause, grand effet ».
Ce dictionnaire révolutionne la pensée philosophique. Ilnous donne des axes pour nous amener à réfléchir par nous-même et développer l’esprit critique. L’homme de la société ne doit pas avoir de préjugés pour se faire sa propre idée.
Ce texte polémique sur la torture déploie tous les trésors de notre imagination.
Voltaire part en guerre contre la torture et utilise un euphémisme pour la désigner : elle ne respecte en aucun cas la vie humaine. CeXVIIIème siècle qui affirme la philanthropie comme une valeur essentielle et recherche le bonheur est en contradiction avec la torture. C’est pourquoi voltaire s’engage contre cette torture et tourne en dérision cette pratique. Voltaire juge cette pratique comme « Moyenâgeuse ». Nous allons donc étudier ici les différents angles sous lequel le sujet est abordé, la dénonciation de la torture et latonalité du texte.

I. Un sujet abordé sous différents angles

Tout d’abord, l’apparition de l’idée de torture est exprimée clairement dans le titre et à deux reprises dans le texte. Mais par la suite, l’utilisation de périphrases permet de désigner ce terme : « question », « expérience » ou encore « aventure ».
Voltaire fait tout ensuite un parallèle entre l’antiquité et la pratique de latorture à Paris au XVIIIe siècle. Ceci permet de montrer l’absurdité des actes actuels. Les romains considéraient l’esclavage comme un élément indispensable à la société et pour eux, un esclave n’était pas un citoyen. Mais Voltaire pense qu’il n’y a aucune raison de considérer qu’un esclave n’est pas un citoyen, donc un homme. Il utilise ce parallèle pour développer son argument historique.
Un côtéofficiel de ces pratiques est montré par les termes suivants : « grande et petite torture » ou « chirurgien ». On passe ici du domaine officiel au domaine privé lorsque le magistrat raconte l’histoire à sa femme.
Voltaire veut choquer en montrant que cette torture peut devenir un simple sujet de conversation à dîner. En effet, l’expression « ce qui s’est passé » montre que selon lui le magistratn’a rien fait, il banalise la torture. De plus, il « va conter à dîner » sa journée à sa femme. C’est typique d’une conversation mondaine mais on aborde ici la torture sans gêne, ce qui devient abominable.
Il aborde également la torture en comparaison avec les Anglais pour montrer que les Français ne représentent pas un peuple si humain. En effet, ils pratiquent toujours la torture alors que lesAnglais eux-mêmes y ont déjà renoncé. (Cette allusion aux anglais est en fait un indice de contextualisation puisque cette époque est celle de l’anglophonie.)
Voltaire nous fait part d’une anecdote, celle du « chevalier de la Barre », qui est un exemple d’actualité. Le lecteur connaît désormais les causes de son accusation et ce qu’il a subi, et se rend compte de la démesure entre ce qu’on luireproche et ce qu’on lui inflige.
La torture est utilisée comme châtiment. Elle est abordée sous différents angles, ce qui provoque un effet de surprise sur le lecteur. Celui-ci ne se lasse donc pas. En effet, le lecteur est plutôt choqué, ce qui l’amène à réfléchir et à réagir.

II. La dénonciation

Voltaire dénonce tout d’abord la torture en commençant ce texte par un contexte historique. Ilprend l’exemple de ces romains pour mettre la société française dans la « lignée » de cette société. Nous sommes les « héritiers » des Romains et ceux-ci torturaient les esclaves. Donc malgré la différence des époques, leur justice n’a pas évolué depuis l’antiquité. De plus ici puisque l’être humain est rabaissé ; tout le monde se croit en droit de le torturer. La justice déshumanise. En effet le...
tracking img